•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une maison pour sauver des vies à Uashat mak Mani-utenam

La façade de la maison Tshimishtin; une affiche identifie les lieux

Voici la façade de la maison Tshimishtin

Photo : Radio-Canada / Félix Lebel

Radio-Canada

Uashat mak Mani-utenam possède désormais un tout nouveau service visant à tendre la main à ses membres éprouvant des difficultés. La maison Tshimishtin offrira, dès le 12 juillet prochain, du soutien ainsi que de l’hébergement aux personnes en situation de crise.

Lieu de rencontre et de discussion, la maison Tshimishtin viendra directement en aide aux personnes vivant des épisodes suicidaires. Elle agira notamment en prévention. Du moment que la personne sent le besoin de parler, d’être écoutée, on est ici, explique Marie-Luce Jourdain, coordonnatrice de la nouvelle ressource.

La coordonnatrice de la maison Tshimishtin, Marie-Luce Jourdain, photographiée à l'intérieur du bâtiment

Marie-Luce Jourdain est la coordonnatrice de la toute nouvelle maison Tshimishtin.

Photo : Radio-Canada / Félix Lebel

Premier endroit du genre au sein du territoire innu, la maison hébergera ceux et celles qui en ont besoin, et ce, pour une période de 5 à 14 jours. Certains pourront par exemple y reprendre leur souffle après un séjour au département de santé mentale d'un centre hospitalier.

L’équipe d’intervenants issus de la communauté accompagnera les personnes vers la guérison, et ce, selon leurs besoins individuels. La participation au processus est volontaire. L’idée est d’abord et avant tout d’outiller chaque membre de la communauté qui y séjournera.

Le bureau des intervenants de la maison Tshimishtin

Voici le bureau des intervenants de la maison Tshimishtin

Photo : Radio-Canada / Félix Lebel

[…] on veut être certain que quand il va sortir d’ici, soit qu’il va revenir quand il va en sentir le besoin, ou soit qu’il va se sentir assez fort pour ne plus revenir, résume Mme Jourdain.

Trois lits sont pour l’instant disponibles. L’équipe de la maison Tshimishtin souhaiterait éventuellement augmenter sa capacité d’accueil.

L'une des chambres de la maison Tshimishtin

La nouvelle maison d'aide et d'hébergement comprend trois chambres comme celle-ci.

Photo : Radio-Canada / Félix Lebel

Un besoin urgent

L’idée d’offrir un tel service à la population a fait son chemin à la suite du dépôt du rapport du coroner Bernard Lefrançois, en 2015. Celui-ci s’est penché sur une vague de suicides survenus cette année-là à Uashat mak Mani-utenam.

M. Lefrançois y évoque notamment que les cinq décès auraient pu être évités si des ressources avaient été en place. Il y avait 41 recommandations, et la première recommandation était la création d’une ressource comme celle-ci, confirme Marie-Luce Jourdain.

La maison Tshimishtin, photographiée de l'extérieur

La maison Tshimishtin ouvrira officiellement le 12 juillet prochain. Sa création fait suite à la vague de suicides qu'a connue la communauté innue, en 2015.

Photo : Radio-Canada / Félix Lebel

Élu au conseil de bande, Kenny Régis explique que la création de cette maison était fortement attendue au sein de la communauté, puisqu’il s’agit d’une nécessité.

C’est un besoin qui est urgent. On ne veut pas perdre l’un de nos membres. On ne veut pas agir après, on veut agir avant.

Une citation de :Kenny Régis, membre du Conseil Innu Takuaikan Uashat mak Mani-utenam
Le conseiller politique Kenny Régis

Kenny Régis estime qu'il était nécessaire d'agir rapidement (archive).

Photo : Radio-Canada / Katy Larouche

Le conseil de bande de Uashat Mak-Mani Utenam a entièrement financé le projet, évalué à 450 000 $. Une aide en provenance des autres paliers de gouvernement serait la bienvenue, mais tarde toujours à se concrétiser. Dans ce contexte, le conseil de bande a cru bon de ne pas attendre, note M. Régis.

Le financement des activités de la maison Tshimishtin est assuré pour la première année par le Conseil Innu Takuaikan Uashat mak Mani-utenam.

D’après les informations de Félix Lebel

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !