•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les ingénieurs de la Ville de Montréal rentreront au travail lundi

Un ouvrier d'un chantier de construction marchant dans une rue à Montréal.

Les chantiers de construction de Montréal sont ralentis par la grève des ingénieurs.

Photo : Radio-Canada / Jean-Claude Taliana

Radio-Canada

En grève générale illimitée depuis 24 jours, les spécialistes scientifiques de la Ville de Montréal, dont les ingénieurs, retourneront au travail dès lundi. Les deux parties ne sont pas encore parvenues à une entente, mais les avancées sont suffisamment significatives pour que les ingénieurs retournent au bureau.

L'offre globale présentée par la Ville mardi dernier a permis de dénouer l'impasse, pour l'instant, notamment en bonifiant les échelles salariales du personnel scientifique. Celle-ci rompt avec la ligne dure qu'avait adoptée la Ville depuis le début du conflit de travail, soutient le Syndicat professionnel des scientifiques à pratique exclusive de Montréal (SPSPEM) dans un communiqué.

Une entente est loin d'être conclue, mais je vois une ouverture nouvelle de leur part et je souhaite donner la chance à la négociation.

Une citation de :La présidente du SPSPEM, Marie-Ève Dufour

Les deux parties ont convenu d'entreprendre un sprint de négociations de deux semaines à l'issue de laquelle les moyens de pression pourraient reprendre en l'absence d'une nouvelle entente. Il y a beaucoup trop de nos membres qui sont laissés pour compte avec cette offre de la Ville, mais j'ai espoir que nous pourrons parvenir à en corriger les lacunes, sans quoi nous paralyserons à nouveau les chantiers cet été, a poursuivi Mme Dufour.

La grève des ingénieurs paralyse, notamment, divers chantiers de construction de la Ville de Montréal. Cette dernière a indiqué, lors du dépôt de son offre globale, qu'elle souhaitait s'entendre avec le SPSPEM tout en respectant la capacité de payer des Montréalais.

Le président du comité exécutif de la Ville de Montréal, Benoit Dorais, soulignait également le tort infligé aux finances de la Ville par la pandémie.

Notre proposition comporte une refonte complète de la structure salariale des scientifiques, un geste important qui va dans la direction des préoccupations syndicales tout en respectant le cadre budgétaire municipal.

Une citation de :Benoit Dorais, président du comité exécutif de la Ville de Montréal

M. Dorais rappelait également, la semaine dernière, que le syndicat réclame un rattrapage salarial de 11 %, en plus d'une demande unique représentant 15 % de la présente masse salariale pour compenser les bénéfices perdus sur lesquels les parties s’étaient entendues lors du renouvellement de la convention collective en 2016.

Un tel rattrapage est jugé irréaliste par M. Dorais.

De son côté, Mme Dufour dénonçait la dépendance de la Ville envers les firmes de génie-conseil privées, évoquant les spectres, toujours bien vivants après la commission Charbonneau, de la corruption et de la collusion.

Le SPSPEM regroupe près de 550 professionnels à pratique exclusive à l'emploi de la Ville de Montréal, il représente les arpenteur(e)s-géomètres, les chimistes, les ingénieur(e)s et les médecins-vétérinaires.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !