•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les Oblats prêts à dévoiler tous leurs documents sur les pensionnats pour Autochtones

Les mains jointes, une paroissienne tient un chapelet avec une croix bien visible au bout de la chaîne.

Les Oblats avaient déjà présenté des excuses officielles le 24 juillet 1991 aux Premières Nations pour leur rôle dans le système des pensionnats pour Autochtones au Canada. (archives)

Photo : Getty Images / Dan Kitwood

Radio-Canada

Deux communautés des Oblats de Marie Immaculée (communément appelés Oblats) vont dévoiler tous leurs documents liés à leur participation et à la gestion des pensionnats pour Autochtones au Canada, notamment celui de Marieval, en Saskatchewan, et de Kamloops, en Colombie-Britannique.

Nous sommes profondément désolés de notre participation aux pensionnats et des préjudices qu'ils ont causés aux peuples et aux communautés autochtones.

Une citation de :Luc Tardif et Ken Thorson, représentants des Oblats de Marie Immaculée

La Première Nation de Cowessess a révélé jeudi qu'un radar pénétrant avait repéré dans le sol 751 tombes non marquées sur le site du pensionnat Marieval, en Saskatchewan.

Le mois dernier, la Première Nation Tk'emlúps te Secwépemc a annoncé que la même technologie avait détecté ce que l'on croit être les restes de 215 enfants dans des sépultures non marquées au pensionnat de Kamloops.

Des dirigeants autochtones réclament la publication de tous les documents relatifs à ces pensionnats fédéraux administrés par des congrégations religieuses catholiques.

Nos deux communautés religieuses oblates (OMI Lacombe Canada et Notre-Dame-du-Cap) ont travaillé à rendre nos documents historiques disponibles par le biais de partenariats avec des universités, des archives et la Commission de vérité et de réconciliation. Bien que des progrès aient été réalisés, cette divulgation n'est pas complète et a été compliquée par des questions de lois provinciales et nationales sur la vie privée.

Les Oblats promettent de ne pas bloquer l'accès aux documents historiques dont ils disposent. Ils se sont également engagés à demander des conseils aux Premières Nations et aux gouvernements. Nous travaillerons avec les évêques et d'autres dirigeants de l'Église catholique pour soutenir la pleine vérité sur ces questions.

Un travail avec les gouvernements et les Premières Nations

Les Oblats demandent aussi aux Premières Nations et aux gouvernements, fédéral et provinciaux, de travailler avec eux sur ces dossiers. Les communautés estiment que la gestion des documents historiques et leur analyse demandent des précautions.

Nous ne sommes pas des experts dans la gestion et l'analyse de ces documents historiques ou dans les lois complexes sur la protection de la vie privée qui s'y appliquent. Cependant, nous devons aborder ces questions, car sans examen complet de la documentation historique existante sur la participation de notre ordre, la vérité sur les pensionnats pour Autochtones ne sera pas entièrement connue.

En tout, les Oblats ont géré 48 écoles à travers le pays, dont le pensionnat de Marieval pour les enfants de la Première Nation de Cowessess, en Saskatchewan, et le pensionnat de Kamloops, en Colombie-Britannique.

Ligne bilingue d'appui pour les survivants des pensionnats pour Autochtones : 1 866 925-4419

Bannière-image du dossier.
Avec les informations de La Presse canadienne

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !