•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Maladie de Lyme : les tiques actives plus tôt et plus tard

Photo d'une tique non datée des Centres pour le contrôle et la prévention des maladies (CDC).

Les tiques n'aiment pas le soleil. Elles préfèrent l'humidité des feuilles au sol et des hautes herbes, entre autres.

Photo : The Associated Press / James Gathany

Les risques de contracter la maladie de Lyme augmentent en Estrie, autant pour l'humain que pour les animaux. La période au cours de laquelle les tiques sont actives est passée de six à neuf mois.

Le médecin-conseil à la Direction de santé publique en Estrie, la Dre Geneviève Baron, explique que la saison de la tique était auparavant de mai à octobre. Elle s'étend désormais de mars à novembre. Ce sont les tiques qui sont vecteurs de la maladie.

Les tiques se réveillent lors d’une période de dégel. La saison des tiques est plus longue. Elle commence plus tôt et finit plus tard. Les changements climatiques affectent nos hivers, et la migration de certains animaux a introduit la tique dans le sud du Québec. Maintenant, la tique survit à l’hiver. Elle peut davantage se multiplier et persévérer dans l’environnement, constate la Dre Baron.

La médecin vétérinaire Isabelle Dion constate également la présence hâtive des tiques, en début d'année. La saison des tiques, soutient-elle, s’étend du dégel jusqu'au gel.

Plus les années avancent, plus on va découvrir des tiques chez les animaux. Ce n’est pas rare qu’à partir de mars, on va en apercevoir et elles vont rester jusqu’à Noël, s’il fait beau, signale la médecin vétérinaire.

Une maladie qui s'étend en Estrie

La Dre Isabelle Dion indique que la Montérégie et l’Estrie sont particulièrement des territoires à risque pour la maladie de Lyme.

Chaque jour, nous avons des gens qui se présentent avec leur animal pour un traitement ou de la prévention des tiques, explique-t-elle.

Nous sommes moins en mesure de ne pas détecter la tique si on ne fait pas de prévention. Le poil des animaux nous limite dans la détection des tiques, explique Isabelle Dion.

Elle mentionne que les médecins vétérinaires ont le devoir de parler de prévention.

« Le chien est très susceptible d'attraper la maladie de Lyme. Il y a peu ou pas de cas détecté à la maladie de Lyme chez le chat. Le chat peut avoir une tique, mais ne pas être malade. Le chien peut devenir malade comme l’être humain. »

— Une citation de  Isabelle Dion, médecin vétérinaire

Une médication une fois par mois du dégel ou gel est d'ailleurs recommandée.

Nous recommandons la vaccination pour les chiens qui vont beaucoup dehors et qui sont dans une région à risque. Après chaque promenade en forêt, il faut enlever les tiques si vous en voyez. Il y a une technique pour enlever la tique délicatement, et surtout mettre des gants, indique Isabelle Dion.

Si le chien a été infecté, il va développer des symptômes qui nécessitent un suivi.

Ce sont des symptômes grippaux. Le chien ne va pas bien. C’est au vétérinaire de le diagnostiquer. Il y a des suivis urinaires et de la médication, et des suivis pour vérifier si les organes n’ont pas été affectés, indique Isabelle Dion.

« Une tique sur dix est porteuse et un chien sur dix qui va attraper la maladie de Lyme va développer des symptômes de la maladie. »

— Une citation de  Isabelle Dion, médecin vétérinaire
Un chien se fait vacciner par une femme.

La médecin vétérinaire Isabelle Dion injecte un vaccin contre la maladie de Lyme au chien Loki sous le regard de la technicienne en santé animale Marie-Pier Rhéaume.

Photo : Radio-Canada / André Vuillemin

Hausse des cas de maladie de Lyme chez l'humain

La maladie de Lyme touche également l'humain, et celle-ci semble prendre de l'ampleur au fil des années. La Dre Geneviève Baron souligne qu’en 2020, il y a eu 155 cas de maladie de Lyme déclarés en Estrie.

Les MRC de La Haute-Yamaska et de la Pommeraie sont les deux territoires les plus touchés en Estrie.

« Il y a eu une baisse par rapport à 2019 en raison notamment de la COVID-19, et il y a eu un certain délestage. La chaleur accablante et la sécheresse affectent aussi les tiques. L’Estrie demeure [cependant] la région où l’incidence est la plus élevée au Québec. »

— Une citation de  Dre Geneviève Baron, médecin-conseil à la Direction de santé publique en Estrie

Un antibiotique préventif peut être prescrit lorsqu’une personne est infectée par une tique.

La tique doit avoir été accrochée au moins 24 heures. Le délai entre le retrait de la tique et le moment du traitement préventif ne doit pas dépasser trois jours, signale la médecin-conseil à la Direction de santé publique en Estrie.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !