•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Politique albertaine : que changeront les départs de Naheed Nenshi et de Don Iveson?

Ces maires progressistes ont souvent fait front commun contre le gouvernement de Jason Kenney.

Don Iveson et Naheed Nenshi parlent en public.

Les maires Don Iveson (à gauche) et Naheed Nenshi (à droite) ont souvent fait front commun contre le gouvernement provincial.

Photo : La Presse canadienne / Adrian Wyld

Depuis l’élection du Parti conservateur uni, en 2019, les maires de Calgary et d'Edmonton, Naheed Nenshi et Don Iveson, sont devenus une « deuxième opposition » au gouvernement provincial, selon l’ancien conseiller municipal de Calgary Brian Pincott. Cette tendance pourrait se poursuivre avec leur départ.

Après des mandats respectifs de 11 et de 7 ans, Naheed Nenshi et Don Iveson ne se représenteront pas aux prochaines élections municipales, le 18 octobre.

Les deux dernières années ont été marquées par des conflits incessants avec la province. Le financement municipal, les projets de train léger, la centralisation du système 911 et les restrictions sanitaires n’en sont que quelques-uns.

Un dessin d'une station du train léger en extérieur.

Le projet de train léger de la ligne verte, à Calgary, est reporté à 2022 au plus tôt en raison de différends avec le gouvernement albertain.

Photo : Ville de Calgary

Résultat : le premier ministre Jason Kenney et son ministre des Affaires municipales sont à couteaux tirés avec les municipalités, et pas seulement avec Edmonton et Calgary. Les municipalités rurales, elles, sont furieuses à propos de l’inaction du gouvernement provincial face aux taxes impayées des entreprises pétrolières.

On dirait qu’ils sont rendus à ce point-là, dit en soupirant l'ancien conseiller municipal de Calgary, Brian Pincott. C’est une position très difficile pour les villes et les maires, car ils ont besoin du gouvernement provincial.

Le gouvernement de l'Alberta ne voit pas les municipalités comme des partenaires. Il les traite comme des enfants méchants.

Une citation de :Brian Pincott, ancien conseiller municipal de Calgary

Le gouvernement leur dit : "Débrouillez-vous avec vos problèmes", déplore Brian Pincott. Il ne comprend pas comment les villes fonctionnent et qu’elles ont besoin que les trois ordres de gouvernement travaillent ensemble.

En effet, les municipalités sont les créations du gouvernement provincial. La majorité de leur financement provient de la province, et les municipalités n’ont pas le droit d’enregistrer de déficit. Cela mène souvent à des conflits lorsque le provincial coupe dans leur budget, comme il l’a fait ces deux dernières années.

Un référendum sur Jason Kenney

Le stratège politique Zain Velji, qui a travaillé sur plusieurs campagnes électorales de Naheed Nenshi, croit que les élections municipales d’octobre seront carrément un référendum sur Jason Kenney et son leadership.

Lors des deux derniers cycles électoraux, les élections municipales ont été le coup d’envoi de l’élection provinciale­.

Une citation de :Zain Velji, stratège politique

Zain Velji l’observe dans le positionnement politique des candidats, particulièrement à Calgary.

Parmi les candidats les plus viables, il y a les trois conseillers municipaux actuels de Calgary. Deux des trois [Jeff Davison et Jyoti Gondek] semblent se positionner pour faire campagne contre la province et l’ordre du jour politique de Jason Kenney, analyse-t-il.

Cette dynamique risque d’être accentuée par l'ajout d’autres votes aux élections municipales. Il y aura notamment un référendum sur le principe de la péréquation et des élections sénatoriales. Zain Velji croit que cela pourrait encourager la participation notamment des Albertains opposés aux politiques du gouvernement conservateur uni.

Je ne suis pas convaincu que cela jouera en la faveur de Jason Kenney, affirme-t-il.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !