•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Meurtre de George Floyd : l'ex-policier Derek Chauvin écope de 22 ans de prison

Derek Chauvin parle au micro.

L'ancien policier de Minneapolis Derek Chauvin a présenté ses sympathies à la famille de George Floyd avant de connaître la peine qui lui était réservée.

Photo : Reuters

Radio-Canada

Derek Chauvin devra passer 22 ans et demi derrière les barreaux pour le meurtre de George Floyd. L'annonce de la peine de l'ex-policier représente le dernier jalon tant attendu dans cette affaire qui a déclenché la colère d'un bout à l'autre des États-Unis, et bien au-delà des frontières de ce pays.

Avant le prononcé de la sentence, l'ex-policier a offert ses condoléances à la famille de George Floyd, disant espérer que ses proches trouvent la paix d'esprit.

Il s'exprimait pour la première fois publiquement depuis le drame qui a bouleversé l'Amérique. À cause de questions légales en suspens, je ne suis pas en mesure de faire une déclaration formelle à ce stade, mais, brièvement, je tiens à présenter mes condoléances à la famille Floyd, a-t-il dit, sans formuler ni excuses ni regrets.

Des membres de la famille Floyd ont prévenu que celle-ci ne se contenterait pas d'une tape sur les doigts et ont exigé la peine maximale, soit 40 ans pour un tel crime.

Qu'aviez-vous en tête quand vous vous êtes agenouillé sur le cou de mon frère, alors que vous saviez qu'il ne représentait aucune menace?

Une citation de :Terrence Floyd, frère de George Floyd

La fille de George Floyd, Gianna, 6 ans, s'est exprimée par lien vidéo. Je t'aime et tu me manques, a-t-elle dit à l'intention de son père.

Depuis la mort de l'Afro-Américain, il y a 13 mois jour pour jour, la famille Floyd a affiché une solidarité indéfectible et endossé le rôle de porte-voix des proches de victimes de violences policières.

Des femmes lèvent les bras dans les airs. L'une d'entre elles pleure.

Des personnes rassemblées en dehors de la cour sont très émotives dans l'attente de la sentence de Derek Chauvin.

Photo : afp via getty images / Kerem Yucel

À l'inverse, Derek Chauvin a toujours semblé très seul, aucun proche ne l'ayant accompagné à son procès. Pour la première fois, vendredi, un membre de sa famille a tenté de briser son image d'homme brutal.

Derek est un homme tranquille, réfléchi, honorable et désintéressé qui a bon coeur, a assuré sa mère, Carolyn Pawlenty.

Il a beaucoup repensé aux événements du 25 mai 2020, j'ai vu le prix qu'il a payé et je ne pense pas qu'une lourde peine soit bonne pour lui, a-t-elle ajouté, affirmant qu'il était son fils favori.

Les procureurs exigeaient 30 ans pour des abus odieux

En avril dernier, au terme d'un procès auquel il avait choisi de ne pas témoigner, Chauvin a été jugé coupable des trois chefs d'accusation qui pesaient contre lui : meurtre au deuxième degré, meurtre au troisième degré et homicide involontaire.

Sa caution révoquée, l'ex-policier avait alors pris le chemin de la prison à sécurité maximale d'Oak Park Heights, menotté, dans l'attente de la sentence.

Le juge Peter Cahill avait conclu que l'ancien officier avait abusé de sa position d'autorité et agi en toute connaissance de cause, en sachant que la technique employée pour immobiliser George Floyd, qui avait 46 ans, était dangereuse.

Les procureurs responsables de l'accusation exigeaient 30 ans d'emprisonnement pour ses odieux abus et sa conduite particulièrement cruelle à l'endroit de M. Floyd.

La défense réclamait pour sa part une peine de prison réduite à la durée déjà purgée et une période de probation.

Les manifestants défilent en brandissant des pancartes à l'effigie de George Floyd.

En mars dernier, des manifestants ont défilé en brandissant des pancartes à l'effigie de George Floyd avant le début du procès de Derek Chauvin.

Photo : AFP / KEREM YUCEL

La mort de George Floyd, qui a été filmée avant d'être partagée tout autour du globe, a suscité l'indignation et provoqué une vague de protestations contre la brutalité policière.

Le 25 mai 2020, Derek Chauvin et trois de ses collègues, soupçonnant M. Floyd d'avoir utilisé un faux billet de 20 $ dans un commerce de Minneapolis, ont procédé à son arrestation. Pour l'immobiliser, Chauvin a maintenu son genou sur son cou pendant 9 minutes et 29 secondes, sous le regard des autres agents et des passants.

Les menottes aux poignets, le visage contre le sol, M. Floyd a répété jusqu'à son dernier souffle une phrase maintenant tristement connue, que s'est réappropriée le mouvement contre les inégalités raciales : « I can't breathe » (Je ne peux pas respirer).

Pas de nouveau procès pour l'ex-policier

Quelques heures avant que la sentence ne tombe, vendredi, le juge Peter Cahill a rejeté la demande de Chauvin d'obtenir un nouveau procès.

L'avocat de la défense Eric Nelson a plaidé que l'intense publicité entourant le procès a influé sur la composition du jury et sur le jugement qu'il a rendu. Il a soutenu que les audiences auraient dû avoir lieu loin de Minneapolis.

Le juge Cahill a en outre rejeté l'idée de tenir une audience pour faire la lumière sur la présumée mauvaise conduite d'un des jurés – une autre demande de la défense, qui a accusé ledit juré d'avoir omis de mentionner qu'il avait participé à une marche en l'honneur de Martin Luther King fils.

Les demandes d'un nouveau procès, quoique courantes, sont rarement accordées. Derek Chauvin pourrait néanmoins faire appel de la peine annoncée vendredi.

Les trois autres agents présents lors de la mort de George Floyd, eux aussi congédiés, sont accusés d'avoir été complices du meurtre. Leur procès, qui devait avoir lieu en août, a été repoussé en mars 2022.

Avec les informations de Associated Press, et Agence France-Presse

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !