•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Apaiser les craintes liées aux risques de myocardite pour les jeunes vaccinés

Des photos de fioles de vaccin juxtaposées.

Les vaccins de Pfizer-BioNTech (à gauche) et de Moderna (à droite) sont basés sur la technologie de l'ARN messager.

Photo : offerte par Pfizer|Eduardo Munoz/Pool/Reuters

Radio-Canada

La protection contre la COVID-19 obtenue grâce au vaccin l’emporte grandement sur les risques d’inflammation du muscle cardiaque, affirme la médecin en chef du ministère de la Santé et des Aînés et responsable du groupe de travail du Manitoba sur la campagne de vaccination contre la COVID-19, Joss Reimer.

La Dre Joss Reimer veut ainsi rassurer la population après que les Centres américains de lutte et de prévention des maladies (CDC) eurent signalé un lien probable entre les vaccins de Pfizer-BioNTech et de Moderna et de rares cas d’inflammations au cœur chez des adolescents et de jeunes adultes.

Je sais que, quand on entend parler du cœur qui enfle, cela peut faire peur, a dit la Dre Reimer.

Elle a toutefois ajouté que 95 % des cas de myocardite et de péricardite répertoriés aux États-Unis étaient bénins. Les personnes concernées ont pu être guéries grâce à de l’ibuprofène et n'en ont pas gardé de séquelles. 

La Dre Reimer indique que le nombre de cas annoncés aux États-Unis est si bas qu'on ne peut pas dire avec certitude s'ils sont vraiment reliés au vaccin.

Elle ajoute qu’au Canada les cas de myocardite chez des personnes vaccinées sont moins nombreux que ceux survenant dans la population en général.

Aux États-Unis, en date du 11 juin, 323 cas de myocardite et de péricardite ont été confirmés chez des personnes de moins de 29 ans vaccinées avec les produits de Pfizer-BioNTech ou de Moderna, qui ont en commun de reposer sur la technologie de l’ARN messager. En tout, 80 % de ces peronnes étaient guéries au moment du signalement.

Joss Reimer lors d'une conférence de presse.

Joss Reimer est la médecin en chef du ministère de la Santé et des Aînés et responsable du groupe de travail du Manitoba sur la campagne de vaccination contre la COVID-19.

Photo : La Presse canadienne / John Woods

Pour mettre ces données américaines en perspective, la Dre Reimer a fait un parallèle avec le Manitoba.

Ainsi, sur la base de ces chiffres, parmi les hommes de 18 à 24 ans qui auraient reçu deux doses de vaccin, 3 auraient fait une myocardite, mais la vaccination aurait permis de prévenir 840 cas de COVID-19 et 37 hospitalisations.

Chez les filles de 12 à 17 ans, il y aurait eu 5 cas de myocardite, mais la vaccination aurait prévenu 945 cas de COVID-19 et 26 hospitalisations.

La Dre Reimer a d’ailleurs rappelé qu’une myocardite pouvait survenir à la suite d’une infection virale comme la COVID-19.

Toutefois, elle conseille aux personnes de tout âge, qu’elles soient vaccinées ou pas, de toujours consulter un médecin si elles présentent une douleur soudaine à la poitrine, un souffle court inhabituel ou encore si leur rythme cardiaque est anormalement élevé. 

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !