•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Alcootests chez Marine Atlantique : Unifor crie à l’injustice

Le traversier au quai.

Le syndicat Unifor réclame la fin de l'imposition au hasard d'alcootests à ses membres qui travaillent chez Marine Atlantique. Ci-dessus : un traversier de la société de la Couronne fédérale à Port-aux-Basques, à Terre-Neuve-et-Labrador (archives).

Photo : Getty Images / shaunl

Radio-Canada

Des travailleurs des traversiers de la société Marine Atlantique qui sont membres du syndicat Unifor disent être injustement ciblés par leur employeur pour des alcootests imposés au hasard, qu'ils jugent invasifs et illégaux.

Dans une lettre ouverte publiée dans la section éditoriale du journal Telegram, à Saint-Jean, la directrice régionale d’Unifor en Atlantique, Linda MacNeil, affirme que les alcootests imposés au hasard portent atteinte à la vie privée des syndiqués sans fondement juridique.

Linda MacNeil souligne durant une entrevue accordée à la radio de CBC que les membres d’Unifor sont traités différemment des autres employés de Marine Atlantique.

Un arbitre en relations de travail a jugé en avril que ces mêmes tests effectués au hasard portaient atteinte à la vie privée des travailleurs de Marine Atlantique membres de la Guilde de la marine marchande du Canada.

Linda MacNeil.

Linda MacNeil, directrice régionale d’Unifor en Atlantique, affirme que les alcootests imposés au hasard aux membres de ce syndicat chez Marine Atlantique portent atteinte à leur vie privée.

Photo : Gracieuseté/Unifor

La société d’État Marine Atlantique a cessé d’imposer les alcootests au hasard aux membres de la Guilde, mais Mme MacNeil soutient qu’elle les impose toujours de cette façon aux membres des sections syndicales 4285 et 4286 d’Unifor qui travaillent dans le même milieu. Selon elle, si les tests au hasard portent atteinte à la vie privée des membres d’un syndicat, il devrait en aller de même pour l’ensemble des employés.

Marine Atlantique impose des alcootests au hasard depuis 2003 dans la cadre de sa politique contre la consommation de drogue et d'alcool au travail.

Les alcootests sont appropriés lorsqu’ils sont motivés par des causes raisonnables, estime Mme MacNeil, mais elle dit que ce n'est pas le cas chez Marine Atlantique. Selon elle, plus de 3000 alcootests ont été effectués au hasard de 2003 à 2017 et seuls quelques-uns ont donné un résultat positif.

Marine Atlantique dit chercher des solutions de rechange

Un porte-parole de Marine Atlantique, Darrell Mercer, affirme que la société travaille en vue d’éliminer les tests effectués au hasard, mais elle veut auparavant pouvoir disposer d’autres options pour appuyer sa politique de sobriété au travail.

La sécurité est la priorité absolue de Marine Atlantique, souligne M. Mercer.

Darrell Mercer.

Darrell Mercer, porte-parole de Marine Atlantique, explique que la société cherche des solutions de rechange aux alcootests effectués au hasard.

Photo : CBC/Bruce Tilley

Selon Darrell Mercer, la société espère travailler avec les membres d’Unifor pour choisir d’autres solutions, dont la sensibilisation des employés ou la collaboration avec les responsables de programmes en matière de toxicomanie.

Selon Linda MacNeil, la solution est simple : Marine Atlantique doit renoncer immédiatement aux alcootests imposés au hasard comme elle l’a fait dans le cas des membres de la Guilde. Elle reconnaît l’utilité d’une politique contre les toxicomanies, mais cette politique, dit-elle, ne doit pas comprendre de tests effectués au hasard.

Si les tests imposés au hasard se poursuivent, ajoute Mme MacNeil, le syndicat Unifor compte entreprendre d’autres démarches de plus grande portée qu’une plainte formelle.

Avec les renseignements de Jessica Singer, de CBC

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !