•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Deux policiers d’Ottawa accusés dans le cadre d'une enquête liée au trafic de fentanyl

Affiche à l'entrée du poste de police.

Deux des quatre accusés sont des agents de la police d'Ottawa (Archives).

Photo : Radio-Canada / Francis Ferland

Radio-Canada

La Gendarmerie royale du Canada (GRC) a indiqué, jeudi en soirée, qu’elle portait des accusations contre quatre personnes, dont deux agents du Service de police d’Ottawa (SPO).

Deux agents de la police d'Ottawa ont été inculpés dans le cadre d'une enquête anticorruption de la GRC, et liée à ce que la SPO a qualifié d'une de ses plus importantes saisies de fentanyl.

L’agent Haidar El Badry, 29 ans, est accusé d’abus de confiance par un fonctionnaire public en violation du Code criminel, d’entrave à la justice en violation du Code criminel et d’incitation au traitement d’un document contrefait en violation du Code criminel.

De son côté, l’agent Mohamed Mohamed, 45 ans, fait face à des accusations d’entrave à la justice en violation du Code criminel.

Les deux policiers ont été suspendus sans solde.

Cette enquête a commencé après que le Service de police d’Ottawa eut demandé l’aide de la GRC pour examiner un possible abus de confiance liée à une enquête reliée au trafic de drogue sur son territoire.

Accusations liées à une importante saisie de fentanyl

La police d' Ottawa a aussi arrêté et inculpé le frère de El Badry, Ameer El Badry, 23 ans, lors d'une opération dans une maison de l'avenue Holmwood à Ottawa jeudi.

Le SPO a indiqué avoir saisi 1,4 kilogramme de fentanyl. Ameer El Badry est accusé de possession de drogue en vue d'en faire le trafic et de possession de la criminalité.

L'enquête de la GRC a aussi mené à des accusations contre deux civils. Ashley El Badry, 29 ans, l'épouse de Haider El Badry, est accusée de falsification en violation du Code criminel et d’incitation au traitement d’un document contrefait en violation du Code criminel, tandis qu’il est reproché à Mohamed Salameh, 29 ans, de Gatineau, un traitement de faux documents en violation du Code criminel.

Une enquête plus poussée a permis de découvrir des preuves d’infractions criminelles présumées avoir été commises par les quatre accusés, a indiqué la GRC.

Toutes ces arrestations ont eu lieu jeudi, et les accusés ont été libérés avec promesse de comparaître.

Les accusés doivent comparaître au palais de justice d’Ottawa début septembre.

Le chef Sloly met en garde

L’enquête se poursuit et la GRC indique que, par conséquent, aucun autre renseignement ne sera fourni pour le moment.

Le chef du SPO, Peter Sloly, a réagi par voie de communiqué.

Les membres du Service de police d’Ottawa ne peuvent tolérer aucun comportement criminel ou pratique frauduleuse. Tous les membres du SPO ont le devoir de servir la communauté d’une manière éthique, professionnelle et légale. Tout membre du SPO qui se livre à un comportement criminel ou à des pratiques frauduleuses fera l’objet d’une enquête approfondie et de poursuites en justice, a déclaré le chef Peter Sloly du Service de police d’Ottawa.

Peter Sloly dans une mêlée de presse.

Le chef du Service de police d'Ottawa (SPO), Peter Sloly (Archives)

Photo : Radio-Canada / Lorian Bélanger

Le chef Sloly précise que le SPO avait reçu des informations sur les activités de corruption potentielle impliquant un membre du Service.

Le SPO a effectué une évaluation initiale pour valider l’information, puis il a demandé à l’unité anticorruption de la Division O de la Gendarmerie royale du Canada de mener une enquête criminelle et d’anticorruption complète, explique-t-il.

Commentaires fermés

L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.