•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un chef cuisinier perd 11 confrères par suicide : « C'est une 2e pandémie »

Un homme portant une tunique de cuisinier se tient debout dans un restaurant.

Dustin Schafer et des confrères organisent un souper-bénéfice dimanche pour amasser des fonds pour la prévention du suicide.

Photo : Radio-Canada

Stéphanie Rousseau

Des restaurateurs de Calgary tirent la sonnette d'alarme en raison du nombre de suicides au sein de leur industrie depuis le début de la pandémie et rappellent l'importance de prendre soin de sa santé mentale.

Dustin Schafer, le chef du restaurant Modern Steak, a perdu 11 amis par suicide ces derniers mois. Des amis qui se trouvaient un peu partout au Canada.

Certains me semblaient parfaitement heureux et joviaux la dernière fois qu’on s’est vu, alors recevoir un coup de fil un jour qui te dit que l'un d'entre eux n’est plus là, c’est très dur, dit-il.

Les experts rappellent qu'il est impossible de connaître les motivations qui poussent un individu à poser ce geste et que les raisons sont souvent multiples.

Un cuisinier coupe des aliments.

Le secteur de la restauration est le plus touché par les pertes d'emploi associées à la pandémie.

Photo : Radio-Canada / Gabrielle Morissette

Dustin Schafer croit néanmoins que le manque de structure quotidienne créé par les fermetures prolongées a augmenté le stress de certains de ses confrères.

Il y avait beaucoup d'incertitudes sur un possible retour au travail, quand ils allaient pouvoir retourner et dans combien de temps les restaurants allaient pouvoir ouvrir de nouveau, dit-il.

La cuisine, souvent, c’est leur famille, c’est leur structure et, quand cela s’évapore, qu’il n’y a plus d’horaire à respecter ou que les amis ou la famille disparaissent soudainement, cela peut entraîner certaines personnes dans une spirale descendante.

Une citation de :Stephen Deere, propriétaire, Modern Steak

Stephen Deere pointe aussi du doigt la culture du monde des cuisines. Si le sens de l'équipe et de la camaraderie y sont forts, la compétition et le machisme y sont aussi présents et font que certains hésitent à se plaindre.

C’est une question d’ego, de bravade, cette idée que les hommes forts ne demandent pas d’aide parce qu’ils n’ont pas besoin d’aide.

Une citation de :Stephen Deere, propriétaire, Modern Steak

Il croit aussi que certains abus, comme l’usage abusif d’alcool ou de drogues, a pu contribuer à la situation dans certains cas.

Stephen Deere souhaite encourager plus de gens à demander de l'aide.

Il faut vraiment briser ce mur, dit Stephen Deere. Notre pire ennemi à l’heure actuelle, c'est la stigmatisation associée à l’idée de demander de l’aide. Il faut faire comprendre que, quelquefois, c’est correct de ne pas se sentir bien. Que ce n’est pas un signe de faiblesse.

Le centre pour la prévention du suicide rappelle que les taux de suicide sont en baisse depuis le début de la pandémie, mais que de l'aide est toujours disponible, notamment en appelant le 211.

Un souper-bénéfice est organisé dimanche soir pour amasser des fonds pour la prévention du suicide au restaurant Modern Steak de Calgary.

Si vous ou quelqu’un que vous connaissez pensez au suicide :

Service canadien de prévention du suicide

Téléphone gratuit, en tout temps : 1 833 456-4566

Texte*, 16 h à minuit ET : 45 645 (des frais de messagerie standard basés sur votre contrat peuvent s’appliquer) *La prise en charge des textes en français n’est pas offerte actuellement

Pour les résidents du Québec

Téléphone gratuit, 24 heures sur 24, 7 jours sur 7 : 1 886 APPELLE (1 866 277-3553)

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !