•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des répulsifs à ours défectueux pourraient mettre en danger leur utilisateur

Un ours.

Environ 130 000 canettes visées par le rappel ont été vendues au Canada entre les mois de février et juin 2021. (archives)

Photo : Université de l'Alberta

Santé Canada lance un avis de rappel pour plusieurs répulsifs à ours dont le mécanisme de pulvérisation ne fonctionne pas, ce qui pourrait mettre les randonneurs en danger de mort.

Les produits impliqués pourraient causer des problèmes de sécurité aux randonneurs, car le mécanisme de pulvérisation ne fonctionne pas et le produit ne sera pas pulvérisé, indique Santé Canada sur son site Internet.

Au total, ce sont quatre produits différents, fabriqués aux États-Unis, qui sont rappelés:

  • FRONTIERSMAN VAPORISATEUR DÉFENSIF CONTRE L’ATTAQUE DES OURS avec buses (le tuyau) jaunes dans des contenants de 225 g et 325 g
  • FRONTIERSMAN XTRA RÉPULSIF CONTRE L’ATTAQUE DES OURS avec buses (le tuyau) jaunes dans des contenants de 225 g et 325 g
  • SABRE WILD MAX RÉPULSIF CONTRE L’ATTAQUE DES OURS avec buses (le tuyau) jaunes dans des contenants de 225 g et 325 g
  • SABRE WILD VAPORISATEUR DÉFENSIF CONTRE L’ATTAQUE DES OURS avec buses (le tuyau) jaunes dans des contenants de 225 g et 325 g

Tous ces produits ont une date d’expiration comprise entre mars 2024 et décembre 2024.

Environ 130 000 canettes visées par le rappel ont été vendues au Canada entre les mois de février et juin 2021.

Elles présentent toutes un risque pour la sécurité des utilisateurs lors d'attaques d’ours.

Néanmoins en date du 18 juin 2021, aucun incident ni aucune blessure n'avaient été signalés au Canada, précise Santé Canada.

Santé Canada incite les consommateurs qui disposent d’un produit visé par le rappel à le retourner immédiatement pour obtenir un remplacement ou un remboursement.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !