•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Bleuetières sur l'ancien champ de tir : le député Denis Landry s'interroge

Denis Landry

Denis Landry, député de Bathurst-Est-Nepisiguit-Saint-Isidore

Photo : René Landry

Le député libéral de Bathurst-Est-Nepisiguit-Saint-Isidore, Denis Landry, se pose de nombreuses questions quant à une possible exploitation de bleuetières dans l'ancien champ de tir de Tracadie, au Nouveau-Brunswick.

Celui qui a été ministre des Ressources naturelles pendant près de deux ans dans le gouvernement du premier ministre libéral Brian Gallant se demande s'il est nécessaire de permettre l'exploitation de bleuetières sur ces terres.

Il faudrait vérifier s'il y a réellement besoin d'ajouter d'autres terrains [pour des bleuetières] à ce qu'on a déjà dans la Péninsule acadienne, affirme-t-il.

grappe de bleuets sauvages

Les bleuets poussent abondamment sur le terrain de l'ancien champ de tir.

Photo : Radio-Canada

Le député tient à ce que la population de la Péninsule acadienne soit en accord avec tout projet d'exploitation de ce territoire prisé par les amants de la nature et les amateurs de chasse et de pêche.

Je ne suis pas certain qu'il y ait une acceptation sociale, d'après les commentaires que j'ai entendus dernièrement, dit-il.

Des bombes et des bleuets

Le champ de tir a servi de lieu d'entraînement d'avions des forces de l'OTAN durant la Seconde Guerre mondiale et ensuite jusqu'au début des années 90. De nombreuses bombes y ont été larguées pendant plusieurs années.

Denis Landry se demande quelle réputation pourraient finir par avoir des bleuets qui seraient récoltés sur ces terres.

Est-ce que le champ de tir est décontaminé à 100 %? se demande-t-il.

Il y a sûrement des endroits qui sont plus décontaminés que d'autres. Il y a des gens qui vous diront que c'est décontaminé. Puis, il y en a d'autres, qui sont des experts, qui diront que ce n'est pas décontaminé à 100 %.

Des cartouches d'obus rouillées.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Ces restes de munitions ont été retrouvés dans l'ancien champ de tir de Tracadie il y a plusieurs années.

Photo : Archives

Que ce soit prouvé ou non, la perception parfois est très dommageable. Je ne voudrais surtout pas que ça fasse du tort à l'industrie du bleuet existante, ajoute le député.

Est-ce qu'on a réellement besoin de ce développement-là? Est-ce que ce sont des compagnies étrangères qui vont venir le développer?

Une citation de :Denis Landry, député de Bathurst-Est-Nepisiguit-Saint-Isidore

Denis Landry souligne qu'il comprend les appréhensions de la population, d'autant plus qu'il y a déjà énormément de coupes à blanc dans la Péninsule acadienne.

De l'or en barre

Le député Landry ajoute qu'il discute souvent avec des résidents de la région de Tilley Road, une communauté dont il est proche.

Pour eux, le champ de tir, c'est de l'or en barre, dit-il. Quand tu n'es pas un amateur de pêche, de chasse ou d'environnement, il y a peut-être quelque chose qui te touche plus ou moins.

Qu'est-ce qui est plus important? Est-ce l'essor récréatif sur ces terres ou encore l'aspect économique?

Une citation de :Denis Landry, député de Bathurst-Est-Nepisiguit-Saint-Isidore

Avec les renseignements d'Alix Villeneuve

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !