•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un potager de façade comme projet de pandémie

Une femme cultive dans son jardin

Marthe Lavigne a osé le jardin de façade parce que la configuration de son terrain ne lui permet pas de faire autrement.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Un jardin devant la maison? C’est le projet de pandémie de Marthe Lavigne, une citoyenne de Saguenay. Même si la réglementation municipale le lui interdit, elle a décidé de se lancer dans cette aventure parce qu’elle n’avait pas d’autre option.

Même si elle n’avait jamais jardiné, cela ne l'a pas empêché de se plonger à fond dans cette nouvelle passion. La jardinière cultive une panoplie de légumes, dont l'ail, potimarrons, pois chiches et bien d’autres végétaux.

Moi, je n'ai pas de cour arrière. Ce sont des maisons en rangée, alors j'avais juste en avant. Je me suis dit que j'allais mettre ça beau pour ne pas que les gens se plaignent, confie la dame.

Son potager pique la curiosité des résidents de son quartier.

Les gens trouvent ça beau, les gens trouvent ça intéressant. Il y a même des gens que je ne connaissais pas qui sont arrêtés pis qui ont demandé à jeter un coup d'œil. Je suis une personne qui vit seule. Alors, cela amène toutes sortes d'interactions avec les gens qui se promènent, raconte-t-elle.

Un jardin devant une maison.

Le jardin de Marthe Lavigne est bien visible depuis la rue.

Photo : Radio-Canada

Ce type de jardin pourrait bien se multiplier à Saguenay puisqu'il fait l’objet d’une réflexion. Toutefois, une modification aux règles d'urbanisme serait nécessaire. La Ville n'a jamais reçu de plaintes liées à un jardin placé devant une résidence.

Faut être clair aussi. Il n’y a pas d'escouade qui se promène pour trouver des potagers en façade pour donner des amendes aux gens, ce n'est pas ça l'idée. C'est juste qu'il y a des règlements d'urbanisme sur ce qui est permis et c'est assez long à modifier, explique le porte-parole à la Ville de Saguenay, Dominic Arseneau.

Les potagers urbains sont même encouragés en cour arrière ou latérale. Marthe Lavigne espère une modification aux règlements d’urbanisme.

D'après un reportage de Mireille Chayer

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !