•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Vaccination et déconfinement : prendre en compte les droits de la population

Le déconfinement pose des questions d'ordre éthique aux gouvernements.

L'intérieur de La Fourche avec des tables en premier plan et un bar en arrière-plan.

Les restaurants pourront accueillir 25 % de leur capacité habituelle à compter de samedi.

Photo : Radio-Canada / Walther Bernal

Radio-Canada

Des experts en éthique demandent au gouvernement manitobain de ne pas oublier les droits et libertés, au moment où il lance son plan de réouverture de l’économie et que des libertés sont redonnées à la population pleinement vaccinée.

Ceux qui ont reçu leurs deux doses de vaccin contre la COVID-19 au cours des deux dernières semaines vont pouvoir partager un repas à l’intérieur avec des personnes de différents ménages. Ils pourront aussi assister à des événements sportifs et culturels à l’extérieur. Les visites dans les centres de soins de longue durée et dans les hôpitaux sont aussi permises pour les personnes ayant reçu leurs deux doses de vaccin.

Cette fin de semaine, la province allège les mesures sanitaires, notamment en ouvrant les gymnases, salons de coiffure et restaurants avec des capacités limitées, dans ce qu’elle appelle un déconfinement prudent. Le gouvernement indique qu’une application sera lancée pour permettre aux commerces de vérifier le statut vaccinal des clients.

Pour le directeur du Centre d’éthique professionnelle et appliquée de l’Université du Manitoba, Neil McArthur, les restrictions sanitaires ont, d'un point de vue éthique, brimé de façon justifiée les libertés fondamentales des Canadiens, sous la Charte des droits et libertés, dans le but de protéger la santé publique.

Maintenant que les gens ont reçu leur totale immunisation avec deux doses, et qu’ils ont attendu deux semaines, ils ne sont plus à risque de transmettre ou de contracter le coronavirus, et les choses devraient changer, dit-il.

Ça devient difficile, éthiquement, de justifier la restriction de leurs libertés fondamentales.

Une citation de :Neil McArthur, directeur au Centre d’éthique professionnelle et appliquée de l’Université du Manitoba

Je suis heureux que la province agisse mais je pense qu’elle agit de façon plus prudente que ce qui est justifié, dit-il, en ajoutant que le gouvernement a, éthiquement, la responsabilité de montrer clairement aux Canadiens quels sont ses plans.

Pour Neil McArthur, une personne doublement vaccinée devrait simplement retrouver sa liberté.

Mardi, l’administratrice en chef de l'Agence de la santé publique du Canada, Dre Theresa Tam, a indiqué que des lignes directrices concernant les Canadiens doublement vaccinées seront bientôt disponibles.

Les droits des personnes non vaccinées

Pour la directrice de la Commission des droits de la personne du Manitoba, Karen Sharma, il est important que la province s’assure que les Manitobains non vaccinés puissent continuer d'accéder aux services publics.

Karen Sharma rappelle que certaines personnes ne peuvent être vaccinées en raison de contraintes lies à leur état de santé, à leurs pièces d’identité ou encore parce qu’elles sont incapables de prendre un rendez-vous pour diverses raisons.

On doit garder ça à l’esprit, ce n’est pas tout le monde qui a un accès équitable. La réalité de notre société, c’est que des gens doivent composer avec des barrières structurelles, confie-t-elle.

Elle ajoute que pour certaines communautés, l’exigence d’une carte d’identité avec photo est une immense barrière. Selon Mme Sharma, des accommodements et de la flexibilité sont nécessaires pour que personne ne se voit refuser l’accès à des services, qu'il s'agisse d'aller au restaurant ou d'utiliser des services publics.

Si l'objectif final est que toute la population soit vaccinée, dit-elle, il faut aussi prendre en compte toutes les réalités de la société et prévoir des solutions de rechange.

Selon Neil McArthur, il serait approprié que certaines personnes soient exemptées de la vaccination pour toute raison médicale ou légitime.

Le Manitoba vise le 2 août, pour que 75 % de la population âgée de 12 ans et plus aient reçu une première dose du vaccin et que 50 % aient eu leur deuxième dose.

La province a annoncé que toute la population pouvait désormais obtenir une deuxième dose de vaccin contre la COVID-19, dès ce vendredi.

Avec les informations d'Erin Brohman

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !