•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Première femme nommée à la tête de l'équipe de basketball des Gee-Gees en 17 ans

Rose-Anne Joly prend la place de Andy Sparks de façon intérimaire, après trois ans comme adjointe.

Une jeune femme pose devant un édifice, ballon de basket sous le bras.

Rose-Anne Joly est la nouvelle entraîneuse par intérim des Gee-Gees.

Photo : Gracieuseté des Gee-Gees / Greg Kolz

L’équipe de basketball féminin des Gee-Gees de l’Université d’Ottawa sera dirigée par une femme pour la première fois en 17 ans. L’établissement a annoncé la nomination de Rose-Anne Joly à la tête du programme, sur une base intérimaire.

L’ancienne entraîneuse adjointe prend la place de Andy Sparks, qui a annoncé sa retraite il y a quelques semaines à peine, après 13 ans comme entraîneur-chef.

Ça représente tout, pour moi. J’ai tout donné à ce programme comme adjointe pendant trois ans. Je suis attachée aux valeurs de cette équipe. C’est le début de ma carrière comme entraîneuse en chef, a mentionné Joly.

Nous avons parlé à plusieurs personnes et tout le monde s'entendait pour dire qu’elle est organisée et qu’elle a la confiance des athlètes. Elle méritait la chance de diriger ce programme, dit la directrice des sports interuniversitaires de l’Université d’Ottawa, Sue Hylland.

Sue Hylland pose dehors pour une photo.

Sue Hylland, directrice des sports interuniversitaires de l’Université d’Ottawa

Photo : Université d'Ottawa

Ça fait du bien de savoir qu'il y a de plus en plus de femmes dans le coaching au pays. Il y a eu de nombreuses annonces, surtout en Ontario. C’est bien qu’une grosse université bilingue prenne un choix féminin.

Une citation de :Rose-Anne Joly, entraîneuse des Gee-Gees de l'Université d'Ottawa

L’Université précise qu’elle a été nommée de façon intérimaire afin de permettre de lancer un processus d’embauche plus complet au cours de l’année. Hylland mentionne toutefois qu’elle s’attend à ce que Joly soit alors une candidate de choix pour rester en poste de manière permanente.

Une première femme depuis longtemps

La jeune femme de 31 ans est la première femme à diriger le programme depuis Angie McLeod en 2004. Elle arrive dans un contexte particulier, alors que la dernière saison a été annulée en raison de la pandémie.

La transition sera un défi évidemment. Je dois rencontrer toutes les filles individuellement, parler à la direction et mettre en place mon plan annuel. Le retour au jeu après la COVID représente beaucoup de choses. Ça va être une grande charge de travail, mais j’ai hâte de commencer, ajoute la jeune entraîneuse qui a passé les derniers mois à Dubaï pour diriger l’école de la NBA.

Une entraîneuse donne ses directives à des joueuses pendant un match.

Joly a dirigé plusieurs des membres de la formation comme entraîneuse adjointe depuis trois ans.

Photo : Gracieuseté des Gee-Gees de l'Université d'Ottawa

Ça m’a donné beaucoup de confiance. Le passage à Dubaï a été un retour aux sources. J’ai eu un gros focus sur les fondamentaux et ça servira pour le retour au jeu à la fin de l’été, ajoute Joly.

Elle a de gros souliers à remplir, mais nous sommes vraiment enthousiastes de lui donner cette occasion. Nous sommes chanceux de l'avoir.

Une citation de :Sue Hylland, directrice des sports interuniversitaires de l'Université d'Ottawa

La nouvelle entraîneuse sera la 6e femme à occuper ce poste à l'Université d'Ottawa. Wanda Pilon est celle qui a dirigé l'équipe le plus longtemps, soit 11 saisons, entre 1986 et 1997.

Même si elle aura la pression de son titre intérimaire au cours des prochains mois, Joly ne veut pas se mettre trop de poids sur les épaules concernant les résultats de sa formation. Elle misera plutôt sur une transition en douceur et sur la simplicité.

Je veux être une entraîneuse positive. Je veux m’assurer de bien encadrer les joueuses. Je veux donner une structure qui va leur permettre d’atteindre leur plein potentiel individuellement, mais aussi en équipe, énumère la nouvelle entraîneuse, qui espère tout de même compétitionner pour obtenir une médaille aux championnats nationaux dès la saison prochaine.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !