•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Élections scolaires franco-albertaines : les critères d’admissibilité légèrement élargis

Une salle de classe avec des élèves.

Les élections scolaires francophones auront lieu le 18 octobre.

Photo : iStock

La ministre de l’Éducation de l’Alberta a signé deux décrets modifiant les critères de participation aux élections scolaires francophones pour les candidats et les électeurs. Si ces décrets visent principalement à réparer une erreur juridique, ils élargissent légèrement les critères d'admissibilité.

Le gouvernement a admis avoir fait une erreur en rédigeant la plus récente version de la Loi sur l’éducation de façon à ce que les critères de participation soient plus restreints.

Ces décrets viennent corriger la situation. Ils retirent également l’obligation pour les électeurs d’avoir résidé en Alberta depuis six mois avant de se rendre aux urnes. Pourvu qu’ils aient plus de 18 ans, ont des enfants d’âge scolaire et sont des ayants droit en vertu de l’article 23 de la Charte canadienne des droits et libertés, ils peuvent voter.

Les critères d’admissibilité pour les candidats aux élections scolaires sont plus larges, mais n’ont pas changé. Ils doivent avoir plus de 18 ans, être citoyens canadiens et posséder une maîtrise suffisante du français pour exercer leurs fonctions. Ils doivent également résider en Alberta depuis au moins six mois et ne peuvent se présenter comme candidats qu'au conseil scolaire de leur région.

Les élections scolaires franco-albertaines 2021

  • Date limite pour se présenter comme candidat : lundi 20 septembre
  • Élection de conseillers scolaires publics et catholiques
  • Mandat de 4 ans
  • Sessions d'informations pour les candidats potentiels organisées par la Fédération des parents francophones de l'Alberta : jeudi 9 septembre et mardi 14 septembre à 19 h par vidéoconférence
  • Jour de scrutin : lundi 18 octobre

De plus, les Albertains qui voteront dans les élections scolaires francophones ne pourront pas voter lors des élections scolaires anglophones.

Le président de la Fédération des conseils scolaires francophones de l’Alberta (FCSFA), Réginald Roy, est partiellement satisfait de ces changements.

Ce qu'on préférerait ce serait un changement à la loi telle quelle, pour que ce soit permanent.

Une citation de :Réginald Roy, président, FCSFA

La raison pour les décrets, c'était une question de temps, explique-t-il. Ça a été fait parce qu'il n'y avait pas assez de temps pour faire changement à la loi [avant les élections du 18 octobre].

Des critères d’admissibilité élargis réclamés

La Fédération des conseils scolaires francophones de l'Alberta fait aussi du lobby auprès du gouvernement albertain pour élargir encore davantage les critères d’admissibilité : une demande de longue date.

Est-ce que ça devrait être aussi restrictif? Est-ce qu'un grand-parent d’un enfant à l’école n'aurait pas le droit de voter?

Une citation de :Réginald Roy, président, FCSFA

Les parents d’enfants francophones d’âge préscolaire n’ont pas non plus le droit de voter en ce moment.

Réginald Roy souhaite que le ministère de l’Éducation consulte la FCSFA en bonne et due forme pour s’assurer de répondre aux besoins de la communauté.

Le ministère a consulté la Fédération pour les présents changements, en vue des élections du 18 octobre, selon sa porte-parole, Nicole Sparrow.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !