•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le parcours déambulatoire « Où tu vas quand tu dors en marchant ? » voit le jour

Une fausse piscine décorée de flamands roses en plastique sous les bretelles d'une autoroute.

« Terre promise » est située sur la rive nord de la rivière St-Charles, sous les bretelles de l'autoroute Dufferin-Montmorency.

Photo : Radio-Canada / Tanya Beaumont

Tanya Beaumont

Le parcours déambulatoire du Carrefour international de théâtre Où tu vas quand tu dors en marchant...? est présenté en plein jour le long de la rivière Saint-Charles. Il sera accessible pour le prochain mois.

On présente quelque chose de totalement différent des autres années , affirme le coordinateur artistique Alexandre Fecteau.

La version 2021 du parcours est basée sur la proposition artistique de 2019, alors que l'équipe de création a dû s'adapter aux conditions sanitaires.

Cette année, les cinq tableaux sont beaucoup plus éloignés les uns des autres. Ils longent la rivière du Vieux-Port jusqu’au pont Marie-de-l’Incarnation.

Version contemplative

Les spectateurs assisteront à un parcours plus contemplatif que participatif. La théâtralité ne s’exprime pas à travers les interprètes, explique le metteur en scène. Les tableaux présentent des installations visuelles et sonores, mais les comédiens ne sont pas sur place. On a trouvé des façons de pallier l’absence des interprètes . Les personnages prennent vie de manière différente, soit par des portraits grandeur nature ou avec des vidéos qu’on peut regarder sur téléphone intelligent après avoir balayé un code QR.

Carte géographie montrant l'emplacement des cinq tableaux.

Les tableaux du parcours Où tu vas quand tu dors en marchant...? longent la rivières Saint-Charles.

Photo : Carrefour international de théâtre

En raison des travaux sur le pont Lavigueur, l’installation de 2019 a dû être déplacée et repensée. La placette de la Rivière-Sans-Bruit, près du pont Marie-de-l’Incarnation, accueille donc un tableau inédit, conçu par Karine Ledoyen et Ludovic Fouquet. Du vivant fragile s’ajoute aux tableaux L’embâcle des sans-soucis de Martin Bureau, Jeux d’échelles de Vano Hotton, L’Anse-à-Vaillant du collectif les Incomplètes et Terre promise de Maryse Lapierre et Maxime Beauregard-Martin.

Des bouées maritimes sont attachées sur une structure en bois, à l'extérieur. Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

L'Anse-à-Vaillant est une des cinq stations du parcours théâtral Où tu vas quand tu dors en marchant?

Photo : Radio-Canada / Tanya Beaumont

Éloge de la lenteur 

Contrairement à l’horaire serré des dernières années, les installations d’Où tu vas quand tu dors en marchant...? sont accessibles huit heures par jour pendant un mois. C’est un net avantage pour le public. Des fois, ça pouvait être un défi d’attraper tous les tableaux. C’est moins pressant de tout voir d’un coup, croit M. Fecteau.

D'étranges structures colorées jonchent le sol sableux du parc linéaire de la rivière St-Charles.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

La station « Du vivant fragile » est située en bordure de la rivière St-Charles, près de la rue Marie-de-l'Incarnation.

Photo : Radio-Canada / Tanya Beaumont

De jour comme de nuit 

Les habitués du Carrefour international de théâtre ont connu Où tu vas quand tu dors en marchant...? comme un événement nocturne. De passer de la nuit au jour a permis de redéfinir l'événement. On a toujours pensé que la nuit a toujours fait partie de nous, avoue M. Fecteau. Notre identité existe encore même si on nous enlève des éléments importants. L’expérience immersive et l'envie de faire voyager autrement le spectateur restent au coeur du parcours déambulatoire.

Où tu vas quand tu dors en marchant...? est présenté jusqu’au 25 juillet, du mercredi au dimanche, de 13 h à 21 h.

Avec les informations de Louise Boisvert

Une réplique miniature en bois d'environ 2 mètres de haut de l'usine Stadacona. Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Une réplique miniature de l'usine Stadacona est un des bâtiments de Québec que l'on peut apercevoir à la station « Jeux d'échelles ».

Photo : Radio-Canada / Tanya Beaumont

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !