•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La GRC confirme avoir arrêté 3 personnes après le blocage de la Transcanadienne

La police a procédé à des arrestations mercredi soir, à la frontière entre le Nouveau-Brunswick et la Nouvelle-Écosse.

La police a procédé à des arrestations mercredi soir, à la frontière entre le Nouveau-Brunswick et la Nouvelle-Écosse.

Photo : Radio-Canada / Adrien Blanc

Radio-Canada

La GRC en Nouvelle-Écosse a indiqué jeudi avoir arrêté trois personnes à la suite du « blocus illégal de la route » par des manifestants à la frontière avec le Nouveau-Brunswick.

Plusieurs personnes ont bloqué l'autoroute Transcanadienne en Nouvelle-Écosse mardi et mercredi, après l'annonce par le gouvernement Rankin de restrictions plus sévères pour les voyageurs du Nouveau-Brunswick.

Dans un communiqué, la GRC a annoncé que ses membres du District de Cumberland, appuyés par des agents de la sécurité routière et d'autres policiers, ont été déployés pour maintenir la paix.

Lorsqu'il est devenu évident que le dialogue ne permettait pas d'atteindre cet objectif, d’autres agents ont été déployés sur les lieux, peut-on lire.

Aidée de l'Équipe des opérations tactiques spéciales, la GRC a démantelé le blocage et les manifestants se sont déplacés sur le côté de la chaussée.

De nombreux policiers tentent de disperser les manifestants qui bloquent l'autoroute entre le Nouveau-Brunswick et la Nouvelle-Écosse.

Des manifestants qui bloquaient l'autoroute entre le Nouveau-Brunswick et la Nouvelle-Écosse, mercredi soir, ont été déplacés sur le côté de la chaussée.

Photo : Radio-Canada / Jonathan Villeneuve

Cependant, certaines personnes ont refusé d'obéir et trois personnes ont été arrêtées pour méfait et remise en liberté avec promesse de comparaître.

L'autoroute 104 a été rouverte à la circulation vers 22 h 20 mercredi soir.

La GRC respecte le droit de tous les Canadiens et Canadiennes de se réunir pacifiquement, un droit garanti par la Charte canadienne des droits et libertés. Toutefois, bloquer une route est une infraction criminelle et ce type de comportement ne sera pas toléré, explique la GRC, qui ajoute avoir tout tenté pour engager un dialogue avec les manifestants.

Jeudi, la GRC était encore présente à la frontière entre la Nouvelle-Écosse et le Nouveau-Brunswick.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !