•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les vignerons de l’Okanagan se préparent à affronter la vague de chaleur

Des raisins sur une vigne dans la vallée de l'Okanagan en Colombie-Britannique

Des raisins de la vigne du domaine Nk'Mip à Osoyoos.

Photo : Courtoisie Louise-Marie Lessard

La vague de chaleur qui a débuté en Colombie-Britannique et qui va amener des températures allant jusqu’à plus de 40 degrés Celsius force les vignerons de l'Okanagan à changer leurs méthodes de travail et à adopter de nouvelles mesures pour assurer le bien-être des vignes.

Une chaleur extrême va bloquer le développement du raisin pendant quelques jours, car les plantes vont se concentrer à ne pas perdre trop d'eau, explique Séverine Pinte, vigneronne depuis 2010 aux Le vieux pin, à Oliver et LaStella winery, à Osoyoos.

Un vignoble dans la vallée de l'Okanagan, en Colombie-Brtannique.

Un vignoble dans la vallée de l'Okanagan, en Colombie-Brtannique.

Photo : Radio-Canada / Axel Tardieu

Même si la région de l’Okanagan, dans l’intérieur de la Colombie-Britannique, est reconnue pour ses chaudes températures et son climat sec, des températures de plus de 40 degrés Celsius sont inhabituelles, explique Séverine Pinte.

La vigne va bloquer son métabolisme pour éviter de perdre trop d' eau par évaporation.

Une citation de :Séverine Pinte, vigneronne

Pour aider le raisin, les vignobles vont augmenter la quantité d’eau et arroser les vignes de nuit.

On va changer nos façons de travailler pendant quelques jours pour la santé de la plante.

Une citation de :Séverine Pinte, vigneronne
Gros plan sur une rangée de vignes illuminée par le soleil levant

Lever de soleil dans un vignoble de la vallée de l'Okanagan.

Photo : Radio-Canada / Benoît Ferradini

Pour éviter que les travailleurs ne souffrent de la chaleur extrême, les heures de travail seront également modifiées.

On a une équipe de travailleurs mexicains et même s'ils sont plus habitués que nous à travailler dans la chaleur, on va leur proposer de travailler tôt le matin et tard le soir, explique Séverine Pinte.

La vigneronne croit par contre qu'il est trop tôt pour s'inquiéter de l’impact à long terme de cette vague de chaleur.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !