•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Retrait de la statue du prêtre fondateur du pensionnat pour Autochtones de Lebret

La statue du fondateur du pensionnat pour Autochtones de Lebret.

La statue du fondateur du pensionnat pour Autochtones de Lebret représente deux enfants autochtones portant des vêtements traditionnels qui regardent affectueusement le père Hugonard. (archives)

Photo : Gracieuseté de Star Andreas

Radio-Canada

Les appels visant à retirer la statue du fondateur du pensionnat pour Autochtones de Lebret, au nord-est de Regina, ont porté des fruits. La statue du père Hugonard a été retirée le 21 juin.

Elle avait été entreposée au cimetière catholique du Sacré-Cœur, dans le sud-est de la Saskatchewan.

Star Andreas, membre de la Première Nation crie Peepeekisis, se définit comme une femme guerrière du Traité 4. Elle a campé à côté de la statue pendant plusieurs jours en signe de protestation.

Au départ, son petit camp ne comportait qu'une tente de la taille d'un enfant, mais lorsque le chef de la Première Nation crie Peepeekisis, Frank Dieter, a vu ce qu'elle faisait, il est venu installer un tipi.

Les gens sont venus s'asseoir avec moi. Ils m'ont donné de l'eau et de la nourriture. Ils m’encourageaient. C'était incroyable, a déclaré Mme Andreas.

Des larmes de joie d'enfants

Au cours de sa protestation, des averses se sont abattues sur son campement. Selon Star Andreas, c’était des larmes de joie d’enfants, victimes des pensionnats pour Autochtones, qui étaient heureux parce que des gens essayaient de les retrouver.

Elle aussi a pleuré des larmes de joie lorsqu’elle a reçu la nouvelle du retrait de la statue du père Hugonard.

Un groupe de femmes pose devant la caméra.

Star Andreas a reçu la visite de plusieurs personnes à son campement.

Photo : Gracieuseté de Star Andreas

Même si Star Andreas est heureuse de cette décision, elle dit qu'elle n'est pas encore prête à pardonner. Le traumatisme intergénérationnel des pensionnats pour Autochtones l’atteint encore.

Je ne pense pas pouvoir pardonner le mal que ces personnes ont fait aux enfants. Nous devons travailler jusqu’à ce qu’ils soient de retour à la maison.

La Première Nation crie Star Blanket et la Fédération des nations autochtones souveraines de la Saskatchewan ont toutes deux appuyé le retrait de la statue.

Soutien de l'archevêque Donald Bolen

Après avoir parlé avec Star Andreas et d'autres dirigeants de la communauté, l'archevêque Donald Bolen a réitéré son soutien au retrait de la statue.

Le monument représente deux enfants autochtones portant des vêtements traditionnels qui regardent affectueusement le père Hugonard.

Je sais qu'il y a un débat sur les pensionnats pour Autochtones. Faut-il les démolir parce que le souvenir en est douloureux? Faut-il les conserver parce qu'ils nous rappellent ce qui s'y est passé et qu'ils nous aident à raconter l'histoire aujourd'hui pour que nous en tirions des enseignements? Mais je pense vraiment que les Autochtones doivent être ceux qui prennent ces décisions, a dit l'archevêque Bolen.

Il a mentionné que les tensions entre l'Église catholique et les Premières Nations sont élevées depuis la découverte préliminaire des restes de 215 enfants à Kamloops.

Ligne bilingue d'appui pour les survivants des pensionnats autochtones : 1 866 925-4419

Bannière-image du dossier.

Avec les informations de Candice Lipski

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !