•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Ouverture du procès du mari de Svetlana Tikhanovskaïa au Bélarus

Sergeï Tikhanovski, portant un masque contre la COVID-19, salue la foule au micro.

Le procès du blogueur Sergeï Tikhanovski se déroule à huis clos. Arrêté en mai 2020, il risque jusqu'à 15 ans de prison. (archives).

Photo : Reuters / Vasily Fedosenko

Reuters

Le procès à huis clos du mari de l'opposante bélarusse en exil Svetlana Tikhanovskaïa s'est ouvert jeudi dans une prison du sud-est de l'ancienne république soviétique.

Sergueï Tikhanovski, un blogueur bien connu au Bélarus pour ses vidéos contre le régime, a été arrêté en mai 2020 et risque jusqu'à 15 ans de prison pour organisation d'émeutes et incitation à la haine.

Il comptait se présenter comme candidat à l'élection présidentielle d'août dernier contre le chef de l'État sortant Alexandre Loukachenko.

Sa femme Svetlana, qui s'est présentée à sa place, a revendiqué la victoire à l'issue d'un scrutin marqué selon l'opposition par une fraude massive en faveur du président sortant, avant de quitter le Bélarus par crainte d'être persécutée.

Seuls les médias officiels ont été autorisés à assister au procès de Sergueï Tikhanovski, qui comparaît avec plusieurs autres figures de l'opposition.

Des images ont été diffusées montrant les prévenus menottés conduits dans une cage dans la salle d'audience.

Sergueï n'a jamais accepté aucun accord avec le régime. Il reste la même personne fière et inébranlable, a écrit Svetlana Tikhanovskaïa dans un message sur Telegram.

La réélection d'Alexandre Loukachenko, au pouvoir depuis 1994, a déclenché un vaste mouvement de protestation durement réprimé par les autorités.

Mardi, le parquet bélarusse a requis une peine de 15 ans d'emprisonnement pour corruption contre l'ancien banquier Viktor Babariko, arrêté l'an dernier après avoir voulu également se présenter à la présidentielle du mois d'août.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !