•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une membre de l’ACFMJ en appelle à la médiation

Une façade de bâtiment portant une réplique du drapeau fransaskois avec les mots ''Association communautaire fransaskoise de Moose Jaw''

L'ACFMJ pourrait voir venir une aide extérieure pour tenter de réconcilier ses membres. (archives)

Photo : Radio-Canada / Zoé Clin

Radio-Canada

Sarah Vennes-Ouellet, membre de l'Association communautaire fransaskoise de Moose Jaw (ACFMJ), a demandé au conseil d’administration de l’organisme de prendre les services d’un médiateur pour tenter de régler les conflits internes de l'association.

La dernière assemblée générale annuelle de l’ACFMJ a été le théâtre de plusieurs tensions, mardi soir.

Selon Sarah Vennes-Ouellet, il y aurait désormais une atmosphère de discorde et de peur qui s’est installée dans la communauté fransaskoise de Moose Jaw.

La membre de l’ACFMJ parle d’un contraste entre le moment où elle s’est installée à Moose Jaw et la période actuelle.

J’ai été bien accueillie à l’époque et maintenant ce n’est plus le cas. Les accusations volent de tous les côtés, mais j’ai l’espoir qu’un médiateur puisse nous aider, témoigne-t-elle.

Un candidat à la présidence parle de fraude

Marouf Sobabi a été réélu à la présidence de l'ACFMJ mardi soir avec une majorité de 59 %, face à son opposant Fabrice Dourlent. Ce dernier qualifie aujourd’hui le processus du scrutin de frauduleux.

Ces tensions au sein de l’ACFMJ lui inspirent même du dégoût et de la honte.

Des gens souffrent, des gens ont peur, dit-il.

Fabrice Dourlent précise que ce qui est fait au sein de l'organisme est contraire aux valeurs canadiennes.

Selon lui, une réconciliation à l'amiable n'est pas possible, car l’intention de départ, précisément, n’est pas de concilier les gens ensemble.

Le problème de fond, c’est qu’il n'y a pas de discussion possible, car des gens à l’ACFMJ ne veulent pas arrêter de faire ce qu’ils font, ajoute-t-il.

Un vote de confiance selon le président de l’ACF

Le président de l’Assemblée communautaire fransaskoise (ACF), Denis Simard, estime au contraire que la réélection de Marouf Sobabi est un vote de confiance qui est un signe positif qui montre que la communauté est contente du leadership à Moose Jaw.

Nous sommes là pour appuyer les leaders en place et on demande à la communauté de faire pareil, ajoute-t-il.

L’ACF déclare également accompagner les employés et les élus de l’ACFMJ depuis plus d’un an, en proposant notamment du mentorat sur les dossiers des ressources humaines.

Les tensions blessent la cohésion de la communauté et donc nous voulons aider les organismes qui vivent ce genre de scénario.

Une citation de :Denis Simard, président de l’Assemblée communautaire fransaskoise.

Le président de l’ACFMJ, Marouf Sobabi, se dit ouvert à toute idée constructive, dont la médiation, pour faire avancer la situation.

Avec les informations de Désiré Kafunda et Charles Le Bourgeois

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !