•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Arts visuels : le Collectif de la Dérive de retour à Baie-Comeau

Une machine distributrice au centre d'une exposition d'oeuvres d'art visuel.

La machine a inspiré certaines oeuvres de l'exposition.

Photo : Radio-Canada / Marc-Antoine Mageau

Radio-Canada

Le Collectif de la Dérive présente jusqu'au 5 septembre son exposition « La machine : distribution de fragments poétiques », où cohabitent les mots, la peinture et les machines.

La foire-exposition réunit les œuvres des artistes Catherine Arsenault, Richard Ferron, Emy G. St-Laurent et Émilie Pedneault, à même la salle L'Alternative de Baie-Comeau.

En avant plan, des illustrations et des cahiers, et en arrière plan une artiste installe une oeuvre.

Les artistes se préparent à accueillir le public.

Photo : Radio-Canada / Marc-Antoine Mageau

Une des artistes, Catherine Arsenault, révèle que le thème de la machine a pris une place particulière dans la création des oeuvres.

Ça rassemble différents médiums, différentes techniques. Il y en a que c'est des œuvres d'il y a quelques années. Il y en a que c'est de nouvelles œuvres. On s'est donné comme thématique la machine parce que c'est beaucoup d'œuvres d'impression et des trucs en série, indique-t-elle.

Les visiteurs ont la possibilité d'acquérir des œuvres, et ce, à partir d'une machine distributrice.

Un poème écrit sur du papier tiré d'une machine distributrice.

L'exposition permet aux visiteurs d'interagir avec les oeuvres.

Photo : Radio-Canada / Marc-Antoine Mageau

Le vernissage a eu lieu mercredi, dans le respect des mesures sanitaires, selon un système de réservations sur trois plages horaires. Il s'agit de la première exposition du Collectif de la Dérive depuis le début de la pandémie.

Avec les informations de Camille Lacroix

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !