•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les services de soins personnels se préparent à rouvrir en Ontario

Le directeur d'un salon de tatouage accroche une enseigne dans sa boutique.

Les services de soins personnels pourront rouvrir lors de la deuxième étape du plan de déconfinement en Ontario.

Photo : Radio-Canada / Stella Dupuy

Le gouvernement ontarien confirme qu'il passera à la deuxième étape de son plan de déconfinement dès le 30 juin. Cela signifie que les salons de coiffure, d’esthétique et de tatouage se préparent à rouvrir rapidement malgré plusieurs défis logistiques.

Le codirecteur du salon de tatouage Adrenaline Tattoos à Toronto, Joey Nixon, est sans équivoque. Nous sommes prêts à rouvrir aujourd’hui, affirme-t-il. Ces jours-ci, son équipe passe en revue l’encre et l’équipement de la boutique pour s’assurer que tout est en ordre. Son salon pourra rouvrir dès que la deuxième étape du plan de réouverture de la province s’amorcera.

Les derniers jours ont été mouvementés. On est plusieurs à travailler en ce moment pour s’assurer que la réouverture se déroule de manière fluide.

Une citation de :Joey Nixon, codirecteur du salon de tatouage Adrenaline Tattoos à Toronto

M. Nixon explique que plusieurs employés ont quitté la boutique – et certains, la ville – lors de la pandémie. Engager des employés a donc été un défi de taille.

Joey Nixon se situe dans une salle consacrée aux produits nettoyants et aux produits désinfectants.

Le codirecteur du salon de tatouage Adrenaline Tattoos à Toronto, Joey Nixon, s'assure de passer en revue toute l’encre et tout l’équipement de sa boutique.

Photo : Radio-Canada / Stella Dupuy

Même son de cloche du côté de Nicholas Nestor, le copropriétaire des salons de coiffure HAIRLOVE, situés dans la Ville Reine. On a perdu la moitié de notre équipe. Il y a beaucoup de coiffeuses qui ne sont pas prêtes à revenir. Elles veulent profiter un peu de la vie, ou même voyager, explique-t-il.

Pas le temps d’être amer

Malgré tout, M. Nestor se dit prêt à rouvrir depuis le mois de janvier. Il peine d’ailleurs à comprendre pourquoi son industrie doit attendre la deuxième étape du déconfinement de la province pour reprendre ses activités.

Nicholas Nestor répond aux appels de ses clients.

Environ 300 personnes se sont déjà inscrites sur la liste d'attente du salon de coiffure HAIRLOVE de Nicholas Nestor.

Photo : Radio-Canada / Stella Dupuy

Pour lui, à ce stade-ci, la date de la réouverture importe peu et la patience est de mise. On essaie de demeurer positifs, mais c’est quand même difficile de recommencer à zéro. Ça va prendre des années pour rebondir et être au niveau d'avant la pandémie, confie-t-il.

Environ 300 personnes se sont déjà inscrites sur une liste d’attente pour une coiffure.

J’ai un goût amer, mais je dois rester positif. Si je regardais en arrière, j'aurais déjà fermé [les portes de mon commerce].

Une citation de :Nicholas Nestor, copropriétaire des salons de coiffure HAIRLOVE

Donner des options aux clients

Le propriétaire du salon d’esthétique BSIDE Beauty et du salon de coiffure JustB Salon, situés dans le quartier de Leslieville, Rom Diaz, s’attend également à une réouverture occupée. Selon lui, les demandes de rendez-vous vont exploser lorsque la deuxième étape du plan de réouverture sera officiellement enclenchée.

M. Diaz compte reprendre ses services graduellement et construire une terrasse près de ses salons pour offrir des services à l'extérieur.

Nous savons que certaines personnes ne sont pas à l’aise à l’intérieur, alors nous voulons les accommoder, explique-t-il.

Rom Diaz se situe entre des chaises de pédicure et des tables qui doivent encore être déballées.

Le propriétaire du salon d’esthétique BSIDE Beauty, Rom Diaz, compte offrir des services extérieurs pour accommoder sa clientèle.

Photo : Radio-Canada / Stella Dupuy

Lors de leurs réouvertures, les salons devront respecter une capacité maximale de 25 %. Les rendez-vous seront nécessaires et le couvre-visage, obligatoire.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !