•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des centaines de tombes découvertes près du pensionnat de Marieval, en Saskatchewan

La Fédération des nations autochtones souveraines de la Saskatchewan estime que cette découverte serait la plus importante au Canada.

Les marches du Palais législatif de Regina, en Saskatchewan, avec un chandail orange et 215 paires de souliers en l'honneur des restes d'enfants retrouvés près du pensionnat pour Autochtones de Kamloops.

Plus de détails seront donnés lors d'une conférence de presse jeudi matin. (archives)

Photo : Radio-Canada / Cory Herperger

Émeline Riffenach

La Première Nation de Cowessess a découvert des centaines de tombes non marquées à la suite d'une fouille du site du pensionnat pour Autochtones de Marieval, en Saskatchewan.

L'annonce a été faite par la Fédération des nations autochtones souveraines de la Saskatchewan (FSIN) mercredi après-midi.

L'organisme estime déjà que cette découverte serait la plus importante au Canada.

Le 30 mai dernier, alors que les fouilles démarraient, le chef de la Première Nation de Cowessess, Cadmus Delorme, déclarait que des fouilles étaient menées afin de s'assurer de ne jamais oublier ceux qui les ont précédés.

Le pensionnat pour Autochtones de Marieval a été géré de 1899 à 1997 par l'Église catholique romaine.

L’établissement est situé à 24 km au nord de Broadview, dans la vallée Qu'Appelle, sur ce qui est devenu une partie de la Première Nation de Cowessess en 1981 (Traité 4).

La FSIN donnera plus de détails jeudi matin lors d’une conférence de presse.

Une nouvelle « tragique »

Le chef de l'Assemblée des Premières Nations, Perry Bellegarde, a qualifié sur Twitter la découverte des tombes en Saskatchewan de tragique, mais pas surprenante.

Il a ajouté qu'il demandait aux Canadiens d'accompagner les Premières Nations dans cette période extrêmement difficile d'un point de vue émotionnel.

Barry Kennedy, un survivant qui a fréquenté le pensionnat pour Autochtones de Marieval, est sous le choc à la suite de la découverte des tombes, a-t-il indiqué à CBC.

En entrevue, il a confié que pendant son passage, un de ses jeunes amis a été traîné hors du pensionnat, en hurlant, en pleine nuit. Il s'appelait Bryan. Et je veux savoir où il est, a relaté M. Kennedy, confirmant qu'il n'a jamais revu son ami.

Barry Kennedy a soutenu que la découverte à l'ancien pensionnat Marieval n'est que la pointe de l'iceberg.

J'imagine que, vous savez, d'après les histoires qui ont été racontées par nos amis et camarades de classe, il y a plusieurs endroits, par école, a-t-il avancé.

On nous a fait découvrir le viol, a ajouté Barry Kennedy. On nous a fait découvrir les coups violents. Nous avons été initiés à des choses qui n'étaient pas normales dans nos familles.

Le mois dernier, les restes de 215 enfants ont été retrouvés enterrés sur le site d'un ancien pensionnat autochtone à Kamloops, en Colombie-Britannique.

Cette découverte a suscité l'indignation. Des experts de l'ONU, notamment, réclament de traduire devant la justice, s'ils sont encore en vie, les responsables des méfaits commis envers des enfants autochtones hébergés dans les pensionnats.

Avec les informations de Jason Warick

Ligne bilingue d'appui pour les survivants des pensionnats pour Autochtones : 1 866 925-4419

Bannière-image du dossier.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !