•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des organismes de bienfaisance musulmans inquiets d'être injustement ciblés

Le premier ministre du Canada Justin Trudeau durant une conférence de presse.

Le premier ministre du Canada Justin Trudeau.

Photo : Radio-Canada / Sean Kilpatrick

La Presse canadienne

Des dizaines d'organismes de bienfaisance musulmans de partout au Canada, craignant d'être injustement ciblés pour des audits, veulent que l'organisation de surveillance de la sécurité nationale enquête sur la question.

Les organismes de bienfaisance font part de leurs préoccupations dans une lettre envoyée mercredi au premier ministre Justin Trudeau et à plusieurs membres de son Cabinet.

Un rapport récemment publié par la Coalition pour la surveillance internationale des libertés civiles (CSILC) affirme que la division de l'examen et de l'analyse de la direction des organismes de bienfaisance de l'Agence du revenu du Canada collabore avec les agences de sécurité nationale pour effectuer les vérifications, avec peu de redditions de comptes.

Le document indique qu'entre 2008 et 2015, 75 % des organisations dont le statut d'organisme de bienfaisance a été révoqué à la suite d'audits de division étaient des organisations caritatives musulmanes, et qu'au moins quatre autres ont vu leur statut retiré depuis lors.

Il ajoute qu'en dépit de ces révocations, pas une seule organisation caritative musulmane ni aucune personne associée à une organisation n'ont été accusées d'un crime de financement du terrorisme.

Les signataires de la lettre, qui comprennent la CSILC établie à Ottawa et d'autres organisations de la société civile, souhaitent que le gouvernement renvoie l'affaire à l'Office de surveillance des activités en matière de sécurité nationale et de renseignement.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !