•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Accès aux abattoirs : un défi de taille pour les producteurs de poulet

Le producteur de poulet de la région Alex Turner.

Le producteur de poulet de l'entreprise Saint-Poulet, Alex Turner.

Photo : Radio-Canada / Luc Lavigne

Radio-Canada

Le conflit de travail chez Exceldor a permis de mettre en lumière les failles du système québécois de production et de transformation de la volaille, estime un producteur de poulet de la région.

Au Québec, les entreprises Olymel et Exceldor contrôlent 96 % de l’abattage de poulet, ce qui laisse peu de place à d’autres compagnies, selon Alex Turner de l’entreprise Saint-Poulet basée à Saint-Paulin.

En Mauricie, il n'y a pas d'abattoir pour le poulet. Il n'y en a aucun , dit-il. 

Alex Turner doit donc se tourner vers de plus gros abattoirs, une tâche complexe en raison du genre de poulet qu’il élève. 

Moi, je fais du gros coq. Le poulet standard a un poids généralement vivant de 2.3 à 2.5 kilos alors que moi je fais du 4.5 kilos vivant. C'est beaucoup plus gros. Donc, il faut qu'il y ait un abattoir qui accepte ce type de poulet , précise-t-il. 

Le producteur de Saint-Paulin doit donc trouver une alternative. La solution ? L’abattoir de la Ferme des Voltigeurs à Drummondville. 

Sauf que cet abattoir a prévu mécaniser ses installations prochainement, ce qui vient contrecarrer les plans d’Alex Turner.

En mécanisant une partie de l'abattage, ça devient des machines. Les machines acceptent des poulets de grosseur standard. Comme je fais du hors norme, je ne serai plus accepté.

Pour l’instant, affirme Alex Turner, l’option des petits abattoirs de proximité est écartée, faute d’inspections suffisantes. Faire affaire avec Olymel et Exceldor n’est pas dans les plans parce que ce n’est pas profitable pour le portefeuille, dit-il. 

Pour les prochains mois, Alex Turner a donc espoir d'aller porter ses poulets à la Coopérative de solidarité Abattoir Massicotte, à Saint-Luc-de-Vincennes, qui prévoit ouvrir à la fin de l'année 2021.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !