•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

« Nos programmes [scolaires] de musique souffrent »

Deux jeunes filles jouent du piano.

Julia et sa soeur aînée Olivia Robertson ont dû pratiquer avec leur enseignant virtuellement.

Photo : Josée Robertson

Alors que la pandémie a presque forcé l’annulation pour une deuxième année de suite du Festival de musique Porcupine, il sera finalement présenté de façon virtuelle.

Les organisateurs espèrent donner un nouveau souffle aux programmes de musique pour la jeunesse, note Mélissa Lalonde, responsable des communications de l'événement.

C’est extrêmement important parce qu’on voit souvent dans nos écoles secondaires et élémentaires, maintenant avec les effets de la pandémie de COVID-19, que nos programmes de musique souffrent.

Une citation de :Mélissa Lalonde, responsable des communications au Festival de musique Porcupine

Olivia Robertson se préparait, depuis le début de l’année, à présenter une chanson avec en trio avec sa sœur Julia et leur meilleure amie.

Les restrictions sanitaires ne permettant pas les rassemblements, les pratiques de chant se faisaient en classe derrière une vitre, précise la jeune fille de 9 ans à propos du plexiglas.

Mais ce n’était pas toutes les écoles qui avaient ce privilège, renchérit Josée, la mère d'Olivia et de Julia.

L’élève de l’école Don-Bosco s’est ainsi tournée vers la pratique du piano en solitaire, mais un confinement et un reconfinement sont venus jouer les trouble-fête. Son enseignante n’était plus à ses côtés, mais derrière un écran.

Je ne peux pas bien entendre mon enseignante quand c’est virtuel. Parce qu’elle ne parle pas trop fort et son ordi est loin du piano, dit-elle.

La résilience fait maintenant partie du vocabulaire des jeunes, mais aussi des membres du comité organisateur.

On a créé des vidéos didactiques pour nos participants et nos enseignants, numérisé des partitions. C’est certain que ça demande de la préparation, témoigne Mélissa Lalonde.

Une femme avec ses écouteurs.

Mélissa Lalonde, responsable des communication du Festival de musique Porcupine.

Photo : Melissa Lalonde

L’an dernier, le Festival qui se tient habituellement au mois d’avril avait été annulé à la dernière minute. En 2021, le jury sera de retour pour donner une rétroaction aux participants.

C’est très semblable à ce qu’on a comme concert final d’habitude. Maître de cérémonie, jury et la remise des bourses. On n’a pas nos grandes bourses, c’est vraiment pour encourager la participation.

Une citation de :Mélissa Lalonde, responsable des communications au Festival de musique Porcupine

Le fruit du travail des jeunes a déjà été filmé par leurs parents et sera présenté sur la page Facebook de l'événement ce dimanche 27 juin à 19 heures.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !