•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des élèves créent une capsule temporelle pour se souvenir de la pandémie

Isabel Feehan tient la capsule temporelle dans ses bras, dans un corridor d'école.

Isabel Feehan, 12 ans, est à l'origine du projet.

Photo : Radio-Canada / Andréane Williams

Des élèves de l’école secondaire J.H. Picard, à Edmonton, ont créé une capsule temporelle pour immortaliser leur expérience pendant la pandémie de COVID-19 et transmettre leurs témoignages aux futurs élèves de l’établissement.

Qu’il s'agisse de lettres personnelles, de livres sur la COVID-19, ou encore des dessins représentant des événements marquants de l’actualité de la dernière année comme le mouvement Black Lives Matter, la boîte contient des dizaines d’objets choisis par près de 80 élèves.

Elle sera entreposée au sous-sol de l’école et ne sera rouverte qu’en 2041.

Il y a aussi des choses plus rigolotes [...] comme des items qu’on retrouve dans des jeux vidéo populaires et du papier de toilette pour rappeler la pénurie de papier hygiénique, dit Isabelle Feehan, en riant.

Isabel Feehan derrière des objets exposés.

La capsule temporelle contient toute sorte d'objets emblématiques de la pandémie de COVID-19 et de l'année 2020-2021.

Photo : Radio-Canada / Andréane Williams

L’élève de 7e année a eu l’idée de proposer le projet à sa classe en regardant une vidéo sur Youtube qui parlait de capsules temporelles.

L’objet qu’elle a placé dans la boîte est un dessin représentant la désormais célèbre vidéo Youtube Baby Shark.

L’objectif est de nous rappeler et de rappeler aux futurs élèves de l’école ce que c’était de vivre pendant la pandémie, dit-elle. Ce n’était pas l’époque la plus agréable, mais cela nous a ouvert les yeux sur beaucoup de problèmes et encore plus de solutions.

J’espère que cela les incitera à s'intéresser au passé [...] parce que cette année a chamboulé beaucoup de choses comme l’économie, ajoute-t-elle. C’est une année qui va passer à l’histoire.

Témoignages personnels

La capsule temporelle sera bientôt enregistrée auprès de l’organisme The International Time Capsule Society, dont la mission est d’archiver le contenu de capsules temporelles créées à travers le monde afin que celui-ci ne soit pas perdu.

Renelle Roy, qui a mis sur pied le projet à l'école, espère que la capsule temporelle permettra de transmettre l’expérience de ses élèves de manière positive aux générations futures.

J’espère que les élèves qui vont ouvrir ça dans 20 ans vont se dire : "wow c’est cool d’avoir lu des lettres personnelles de gens qui ont vraiment vécu la pandémie", même s’ils en ont entendu parler dans les livres, dit-elle.

Elle ajoute que le projet a également permis aux élèves de réfléchir à l’impact de la pandémie sur leur vie.

Les lettres qu’ils ont écrites sont vraiment touchantes. J’ai vraiment vu de la maturité qu’ils ont appris à être flexibles, à être patients, à ne pas tenir les choses pour acquises, dit-elle.

Je pense que je valorise plus le temps avec mes amis et le message que j’ai maintenant, après la COVID, c’est : "ne prenez pas ce que vous avez pour acquis", affirme quant à lui Isaac Bussiere, un élève de 8e année qui a participé au projet.

Marie Abou Rjeily, une finissante, a elle aussi déposé une lettre dans la boîte. Cette dernière année de secondaire n’était pas ce à quoi elle rêvait, mais elle croit que la pandémie lui a permis de devenir plus résiliente.

J'espère que les lettres donneront [aux futurs élèves] le courage de continuer à aller de l’avant, dit-elle.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !