•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Début du déconfinement pour la région de Porcupine le 25 juin

L'extérieur d'un restaurant.

Les restaurants entre Hearst et Timmins pourront ouvrir leur terrasse à partir de vendredi.

Photo : Radio-Canada / Francis Bouchard

La région sanitaire de Porcupine, qui s’étend de Timmins à Hearst en passant par Kapuskasing, Hornepayne et Cochrane, passera à la première étape du déconfinement vendredi, deux semaines après le reste de l’Ontario. Seule exception, la communauté de Moosonee restera confinée pour le moment, en raison des nombreux cas dans la région de la baie James.

Selon la médecin hygiéniste du Bureau de santé Porcupine (BSP), la Dre Lianne Catton, les progrès des dernières semaines ont rendu possible la réouverture de presque toute la région.

Contrairement au reste de l’Ontario, la santé publique n’avait pas permis le 11 juin la réouverture des commerces non essentiels et des terrasses de district sanitaire de Porcupine, car la région comptait un important taux d’infection par 100 000 habitants.

La situation était particulièrement alarmante dans la Première Nation de Kashechewan et les autres communautés de la côte ouest de la baie James.

Mercredi, 6 nouveaux cas ont été signalés par le BSP, dont 4 dans le secteur de la baie James et de la baie d'Hudson.

Il s’agit de la 4e journée de suite avec moins de 8 cas.

Il reste 145 cas actifs dans la région, comparativement à 369 le 11 juin.

Les deux semaines supplémentaires de confinement ont permis de limiter la propagation de la maladie et d’administrer plus de vaccins, affirme Chantal Riopel, infirmière en chef du BSP.

Selon elle, c’est maintenant plus de 40 % des adultes qui ont reçu deux doses de vaccin, un pourcentage plus élevé que la moyenne provinciale.

Des dirigeants de municipalités moins touchées par la troisième vague, telles que Hearst et Kapuskasing, avaient demandé une réouverture plus rapide pour leurs communautés.

Le BSP a préféré utiliser une approche prudente pour tout son territoire.

La Ville de Timmins a pour sa part levé l’état d’urgence qui avait été déclaré le 17 mai.

Grâce aux efforts combinés de nos partenaires communautaires, nous avons pu accéder rapidement à des vaccins supplémentaires pour protéger nos résidents, a déclaré le maire George Pirie dans un communiqué.

Le fait de pouvoir rouvrir notre région est une excellente nouvelle pour Timmins et particulièrement pour les entreprises locales qui ont été fermées pendant une longue période.

Une citation de :George Pirie, maire de Timmins

L’enthousiasme du maire Pirie est partagé par la présidente de la Chambre de commerce de Timmins, Mélanie Verreault. C’est absolument un pas dans la bonne direction. J’ai hâte d’aller sur une terrasse en fin de semaine.

Ça fait très longtemps que nous demandons à nos petites entreprises de grands sacrifices, souligne-t-elle.

Mélanie Verreault pose devant la Chambre de commerce de Timmins.

Mélanie Verreault, présidente de la Chambre de commerce de Timmins.

Photo : Radio-Canada / Jimmy Chabot

Mme Verreault demande aux résidents de soutenir les entreprises locales, comme plusieurs le font déjà depuis le début de la pandémie.

La Dre Catton a souligné l’importance de continuer de respecter la distanciation physique et les autres mesures sanitaires, surtout en raison de la présence du variant Delta, qui se transmet plus facilement.

On ne peut pas se permettre de relâcher notre garde, a-t-elle affirmé lors d’un point de presse.

La présidente de la Chambre de commerce de Timmins demande elle aussi aux propriétaires d’entreprises et à la population de faire preuve de prudence.

Elle espère que le nombre de nouveau cas restera stable et que la région ne prendra pas davantage de retard sur le reste de la province, qui passera bientôt à la deuxième étape du déconfinement.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !