•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Réussir 101 Ironman en 101 jours

James Lawrence pendant une course.

James Lawrence a effectué chaque jour le même circuit Ironman à Lindon, dans l'Utah, du 1er mars au 8 juin.

Photo : Soumis par Lucy Lawrence

Radio-Canada

Accomplir l'équivalent de 101 triathlons Ironman en 101 jours, c'est ce que James Lawrence vient de réaliser. Celui qui est surnommé le cow-boy de fer a réussi cet exploit afin d'amasser de l'argent qu'il offrira à des organisations sans but lucratif.

Comprenant environ 226 kilomètres de natation, de vélo et de course à pied, un triathlon Ironman est en soi une expérience suffisamment éprouvante pour que les athlètes ne s'attaquent généralement qu'à un seul par an.

Du 1er mars au 8 juin, l'ancien Calgarien James Lawrence a effectué chaque jour le même circuit Ironman à Lindon, dans l'Utah, avec le soutien de sa femme, Sunny Jo, et de leurs cinq enfants.

James Lawrence nageant dans la piscine.

Le circuit de 101 jours commençait chaque matin par environ 90 minutes de nage au centre aquatique de Lindon.

Photo : Soumis par Lucy Lawrence

L'exploit a été très difficile sur son corps. Une blessure à la cheville a conduit à une blessure au tibia qui a conduit à une blessure à la hanche. À un moment donné, nous avons même cru que j'allais me casser la jambe à cause de tous les kilomètres parcourus, dit l’athlète.

La douleur est arrivée à un point tel que certains jours, je m'évanouissais presque, puis je revenais à moi et je continuais.

Une citation de :James Lawrence

Dépassement de soi

Qu’est-ce qui pousse un homme à s’imposer tant de douleurs? James Lawrence répond qu'il aime simplement voir ce dont l’esprit et le corps sont capables.

C'est ainsi que le circuit de 101 jours a commencé chaque matin par environ 90 minutes de nage au centre aquatique de Lyndon, suivies d'une boucle de 5 à 6 heures à vélo autour de la ville.

Selon James Lawrence, il n'existait pas de programme d'entraînement pour se préparer à une telle épreuve, car personne ne l'avait fait avant lui. L'objectif était donc de faire en sorte que le corps s'adapte à l'effort quotidien.

L’homme n'est pas étranger à la conceptualisation, puis à la conquête d'exploits athlétiques. Il était déjà connu pour avoir réussi 50 triathlons Ironman en 50 jours dans les 50 États américains, battant ainsi en 2015, le record du monde du nombre de triathlons longue distance consécutifs.

Lorsque son travail principal de conférencier a été perturbé par la pandémie, James Lawrence a envisagé ce qu'il pourrait accomplir s'il devait rester au même endroit pendant une certaine période de temps.

James Lawrence sur son vélo, sur une route traversant un paysage désertique de l'Utah.

Le segment à vélo prenait cinq à six heures par jour. Il s'agissait d'une boucle autour de la ville de Linden.

Photo : Soumis par Lucy Lawrence

Pendant les 101 jours, de nombreuses personnes se sont jointes à l'aventure pour courir ou rouler avec lui. Un geste qui a réjoui l'athlète.

Faire la même chose, aux mêmes endroits, encore et encore, avait à la fois des avantages et des inconvénients. D’un côté, il y avait la monotonie, et de l'autre, la confiance, dit-il.

Selon lui, les avantages l'emportent sur les inconvénients, malgré la douleur.

Un groupe de personnes courant autour de James Lawrence sur une route.

Les gens rejoignaient James Lawrence sur une route qui passe derrière sa maison pour la partie course à pied de ses triathlon.

Photo : Soumis par Lucy Lawrence

Maintenant que tout est terminé, James Lawrence récupère en dormant 9 à 10 heures par jour. L'alimentation est également importante.

James Lawrence assis et appuyé contre une roue de voiture mangeant un gâteau.

James Lawrence devait manger entre 6 000 et 10 000 calories par jour pour avoir assez d'énergie pour courir et récupérer.

Photo : Soumis par Lucy Lawrence

Même si ses hanches lui posent encore quelques problèmes, il estime qu'en fin de compte, cette expérience a été une leçon de force mentale et de surpassement de soi.

La force d'esprit est super puissante. On ne gagne en force mentale qu'en accomplissant quelque chose, conclut-il.

D'après les informations de Calgary Eyeopener

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !