•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La nation algonquine Anishinabeg inspire la nouvelle identité visuelle du MBAC

La nouvelle identité visuelle du Musée des beaux-arts du Canada représentée par plusieurs formes géométriques en transformation.

Le MBAC a dévoilé mercredi sa nouvelle image de marque développée en consultation avec des membres de la nation algonquine Anishinabeg.

Photo : Avec la gracieuseté du Musée des beaux-arts du Canada

Le Musée des beaux-arts du Canada (MBAC) a dévoilé mercredi sa nouvelle image de marque développée en consultation avec des membres de la nation algonquine Anishinabeg.

Le dévoilement d’un nouveau logo, arborant de nouvelles couleurs institutionnelles, s’inscrit dans la démarche d’inclusion découlant du tout premier plan stratégique du Musée des beaux-arts du Canada, annoncé en début d’année et lancé officiellement le mois dernier. La révision récente des orientations et valeurs de la galerie nationale inclut un engagement envers la décolonisation.

Pour développer sa nouvelle identité visuelle, le MBAC a donc entrepris, fin janvier, une démarche de consultation auprès de plus de 300 personnes, dont des aînés de la nation algonquine, de même que de jeunes artistes autochtones.

On est sur un territoire non-cédé des Algonquins et c’est pour ça que c’est très important de parler avec eux, rappelle la vice-présidente aux affaires institutionnelles et marketing du MBAC, Rosemary Thompson.

Annie Smith St.Georges, originaire de la communauté algonquine de Kitigan Zibi, est l’une des quatre aînés ayant fait partie du comité consultatif lors de l’élaboration du plan stratégique, puis de l’identité visuelle de l’institution. Elle se réjouit d’assister à une telle collaboration avec le MBAC, spécialement dans un grand moment de tristesse alors que les Premières Nations du pays pleurent encore les disparus du pensionnat de Kamloops.

Beaucoup d’entre nous revivent des moments de cette histoire-là... et dans un autre sens, il y a cette grande ouverture. Les portes s’ouvrent ici, déclare Mme Smith St.Georges. On a beaucoup d’artistes autochtones et de jeunes autochtones qui n’ont jamais eu d’exposition ici [au MBAC] ou très peu. Je suis très fière de voir que l’inclusion va se faire.

Cercle sacré : « tout est relié »

Le toit vitré du Musée des beaux-arts du Canada vu d'en dessous.

La nouvelle identité visuelle est aussi d’un clin d'œil à ce que le visiteur voit lorsqu’il entre dans le Grand Hall vitré du musée.

Photo : Radio-Canada / Valérie Lessard

C’est le mot « Ankosé », un terme anishinaabemowin signifiant « tout est relié », qui a dicté la ligne de l’image de marque du MBAC.

Nous sommes connectés : on est liés aux terres, à l’eau, au ciel, entre nous, aux arts. C’est très beau comme esprit et comme inspiration, et c’est comme ça qu’on va travailler maintenant.

Une citation de :Rosemary Thompson, vice-présidente affaires institutionnelles et marketing du MBAC

Le nouveau logo a une forme circulaire : sans début, sans fin et sans délimitation. Ses contours se transforment, tout comme l’art au fil du temps, rappelant l’effet d’un kaléidoscope. Il s’agit aussi d’un clin d'œil à ce que le visiteur voit lorsqu’il entre dans le Grand Hall vitré du musée.

Le cercle est très important dans la culture autochtone. C’était une inspiration pour dire qu’on est un cercle, au Musée des beaux-arts du Canada, et qu’on peut avoir un pont avec la communauté autochtone, résume la vice-présidente aux affaires institutionnelles et marketing du MBAC.

Les couleurs pastels semblent tout droit sorties d’une aquarelle, mariant les teintes chaudes d’un coucher de soleil au vert tendre ou encore au bleu ciel. Le visuel a été développé par l'agence de création numérique AREA/17, cofondée par le Canadien Kemp Attwood et basée dans l'État de New York.

Le Musée des beaux-arts du Canada est toujours fermé aux visiteurs, tel que prescrit par les mesures en vigueur en Ontario. Rosemary Thompson mentionne que l’équipe attend des nouvelles du gouvernement provincial, mais a bon espoir de rouvrir les portes de l’établissement en juillet pour présenter son exposition estivale Rembrandt à Amsterdam. Créativité et concurrence.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !