•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une famille lance un appel à la vaccination après avoir vu la mort de près

Nathalie Haché Robichaud a été très malade après avoir contracté la COVID-19.

Nathalie Haché Robichaud a été très malade après avoir contracté la COVID-19.

Photo : Radio-Canada / Contribution

La COVID-19 est toujours parmi nous et peut foudroyer les personnes qui ne sont pas encore vaccinées. C’est ce que rappelle la famille Robichaud de Sainte-Rose dans la Péninsule acadienne, qui l’a découvert à ses dépens. Elle invite la population à prendre le virus au sérieux et à se faire vacciner.

Ma mère tout le monde l’aime. C’est une madame au grand cœur. Martine Robichaud est émotive. Le dernier mois a été un cauchemar pour elle, alors que sa mère est passée près de la mort à cause de la COVID-19.

Une mère, tu en as juste une. On a eu très peur de la perdre.

Une citation de :Martine Robichaud

Soins intensifs

Nathalie Haché Robichaud, de 56 ans, a contracté la COVID au mois de mai en allant à Trois-Rivières au Québec, pour aider sa sœur qui venait de perdre son fils d’un cancer.

Malgré toutes les précautions, son conjoint et elle constatent à leur retour qu'ils ont contracté la COVID-19.

Une photo de Nathalie Haché Robichaud avec sa fille Martine.

Nathalie Haché Robichaud et sa fille Martine Robichaud.

Photo : courtoisie

Cependant, contrairement à son conjoint Yves Robichaud, Nathalie n'a pas eu le temps de se faire vacciner. Quelques jours plus tard pendant leur quarantaine, tout déboule.

J’ai dû appeler l’ambulance parce que ça continuait à se détériorer rapidement. Ils l’ont transférée aux soins intensifs, raconte Yves Robichaud.

Ça fait 28 jours qu’elle est aux soins intensifs.

Une citation de :Yves Robichaud

Après avoir été intubée pendant plus de deux semaines, sa femme doit subir une trachéotomie, une procédure pour l'aider à respirer. Elle a aussi été placée dans le coma. À trois reprises, les médecins ont joint la famille pour l’avertir que la fin était peut-être proche.

Lors du dernier appel, on avait plus grand espoir qu'elle passe au travers, raconte Yves Robichaud.

On ne pouvait pas aller la visiter. On avait juste les appels des médecins une fois par jour pour savoir comment ça allait. Tu te sens impuissant, ajoute sa fille Martine.

Vaccination

Son conjoint Yves Robichaud n’a presque pas eu de symptôme de la COVID-19. C’est à cause de son vaccin, croit-il. Les médecins m’ont confirmé que moi, ça m’a sûrement grandement aidé.

Je pense qu’on est la preuve. Ma conjointe n’a pas eu le temps de se faire vacciner avant d’aller à Trois-Rivières. Comparez toutes les complications que ça a apportées par rapport à moi, qui a eu le vaccin et qui m’en suis quand même assez bien sorti.

Yves Robichaud en entrevue devant l'hôpital de Bathurst, où sa femme est hospitalisée.

Yves Robichaud était vacciné lorsqu'il a contracté la COVID-19.

Photo : Radio-Canada / Alix Villeneuve

La famille partage son histoire entre autres pour inviter la population à prendre la pandémie au sérieux, malgré le fait que le déconfinement est en marche.

À un moment donné, on a tous été sceptiques là-dessus. On s’est demandé si c’est tu même vrai, raconte Martine Robichaud.

Après avoir vécu ce qu’elle a vécu, elle veut mettre en garde la population. Quand tu ne vis pas ça personnellement, tu as envie de tasser ça de côté et d’essayer de continuer de vivre normalement. Et ça a vraiment été comme une tape au visage.

Martine Robichaud en entrevue par vidéoconférence.

Martine Robichaud a eu très peur de perdre sa mère à cause de la COVID-19.

Photo : Messenger

C’est un risque pour nos amis, nos familles, nos parents. Je peux l’attraper et le transmettre à quelqu’un qui va vivre des conséquences et complications de la COVID-19, indique Yves Robichaud. Ce n’est pas le temps de baisser sa garde.

Heureusement, Nathalie Haché Robichaud se porte un peu mieux. Les signes sont bons, mais elle doit maintenant entamer un processus de rétablissement.

Elle a été alitée. Elle a perdu beaucoup de force. Elle a besoin de toute la physio, aujourd’hui, ils commençaient à lui réapprendre des choses aussi simples que de boire de l’eau, raconte son conjoint, qui demeure toujours inquiet.

La famille Robichaud compte traverser cette épreuve, mais elle ne souhaite à personne de vivre ce qu’elle a vécu.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !