•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
Archives

Les défilés de la Saint-Jean-Baptiste, vitrines de l’évolution de l’identité québécoise

Des commentateurs sur l'estrade et des enfants qui regardent le défilé.

Les commentateurs Paul-Émile Tremblay et Roger Mondoloni décrivent le défilé des fêtes de la Saint-Jean-Baptiste pour la télévision de Radio-Canada le 24 juin 1958.

Photo : Radio-Canada / André Le Coz

Radio-Canada

Le traditionnel défilé de la Saint-Jean-Baptiste s’est transformé au gré des bouleversements sociaux qu’a connus le Québec au fil de son histoire. Grâce à nos archives, découvrez quelques changements notables et quelques parades mémorables de la fête nationale.

Une procession qui met en valeur tradition et religion

Avant même l’arrivée du christianisme, dès l’époque païenne, des feux de joie étaient organisés aux alentours du 24 juin pour célébrer le solstice d’été.

En 1834, un sympathisant des patriotes, Ludger Duvernay, décide de fonder une association pour souligner la fête des Canadiens français. L’ancêtre de la Société Saint-Jean-Baptiste se nomme Aide-toi, le Ciel t’aidera. Chaque année, cette organisation prépare un banquet et un grand feu de joie.

Au départ, la fête est un phénomène plus montréalais, mais vers 1880, les festivités deviennent plus nationales et les célébrations s’étendent à la grandeur de la province.

Chars allégoriques, groupes de cadets, fanfares, officiels, notables et représentants de l’Église catholique ont été l’apanage des défilés jusqu’aux années 1960.

Figure emblématique de la parade, le petit saint Jean-Baptiste blond, accompagné sur son char d’un mouton aussi frisé que lui, a longtemps fait la fierté de sa famille.

Le 21 juin 1956, l’animatrice Michelle Tisseyre rencontre l’enfant choisi cette année-là pour incarner saint Jean-Baptiste.

L’animatrice Michelle Tisseyre s’entretient avec Monsieur Lafrance, organisateur de la parade de la Saint-Jean-Baptiste à Montréal. Elle discute aussi avec Jean-Marc Linteau, le jeune garçon qui personnifie Saint-Jean-Baptiste lors du défilé de 1956.

En compagnie de M. Lafrance, l’organisateur de la parade pour l’année 1956, le jeune Jean-Marc Linteau ne cache pas sa joie d’être l’élu pour incarner le rôle du patron des Canadiens français.

Cependant, le petit saint Jean-Baptiste fera l’objet de plus en plus de critiques au tournant des années 1960. Plusieurs voient l’enfant et son mouton comme un symbole de docilité, de passivité et de moutonnerie des Canadiens français. Il sera remplacé tout d’abord par une statue de saint Jean-Baptiste adulte en 1963, puis il disparaîtra totalement du défilé quelques années plus tard.

Une fête de plus en plus revendicatrice

En 1963, les organisateurs décident de présenter le défilé en soirée. S’inspirant de défilés en Europe qui ont lieu le soir, les concepteurs estiment que les lumières produiront un effet plus intéressant.

Le 29 juin 1963, à 20 ans express, James Bamber présente un reportage sur ce tout premier défilé de nuit.

Reportage du journaliste James Bamber sur le premier défilé de nuit de la fête nationale et entrevues avec des jeunes qui participent au défilé.

James Bamber et la journaliste Colette Beauchamp s’entretiennent avec des jeunes qui assistent au défilé. Ils les questionnent sur leur fierté d’être canadiens-français, sur ce qu’ils pensent de la parade et sur les événements qui les ont le plus marqués au cours de cette année 1963.

Plusieurs mentionnent les actions du Front de libération du Québec (FLQ) qui, en mai et en avril précédents, ont commencé à se faire plus violentes.

Le 24 juin 1968, la présence du premier ministre Pierre Elliott Trudeau sur l’estrade d’honneur à un jour des élections fédérales est mal acceptée par le public sur place.

Henri Bergeron et Gabi Drouin commentent le défilé de la Saint-Jean-Baptiste et les incidents provoqués par des manifestants qui protestent contre la présence du premier ministre Pierre Elliott Trudeau à l’estrade d’honneur.

Les voix des commentateurs Henri Bergeron et Gabi Drouin sont voilées par les sirènes des forces de l’ordre et par les slogans que scandent les manifestants : Le Québec aux Québécois, Québec libre, etc.

« J’espère que vous pouvez entendre notre voix présentement. Notre estrade est littéralement entourée de manifestants, qui manifestent contre la venue de M. Trudeau ici ce soir. »

— Une citation de  Henri Bergeron

Une émeute se déclenche et certains fêtards se mettent à lancer des projectiles en direction de l’estrade, mais Pierre Elliott Trudeau refuse de quitter les lieux.

Les manifestants sont poursuivis en tous sens par des policiers. L’événement est baptisé le lundi de la matraque.

L’année suivante, en 1969, le défilé est commenté par les cinéastes Bernard Gosselin et Pierre Perrault, qui y vont de commentaires acerbes à propos de la présentation du défilé, des choix politiques des Québécois et de leur manque de fierté. Au cours de la présentation, les deux commentateurs sont priés de se retirer et sont remplacés par Michel Pelland, qui termine la description.

Vers des festivités plus populaires

Durant les années 1970, les fêtes prennent une tournure plus populaire avec des fêtes de rue, des concerts improvisés et des marches citoyennes.

C’est aussi dans les années 1970 que les Québécois assisteront à de grands rassemblements musicaux, notamment la Saint-Jean sur le mont Royal en 1975 et le spectacle 1 fois 5 sur les plaines d’Abraham et sur le mont Royal l’année suivante.

Les grandes parades feront relâche durant près de vingt ans entre les années 1970 et 1990.

Le 24 juin 1990, quelques jours après le rejet de l’accord du lac Meech par le Canada anglais, un grand défilé est organisé à Montréal.

Les journalistes Ghislaine Bouffard et Alain Picard présentent des reportages qui dressent un bilan du défilé de la Saint-Jean à Montréal. Le bulletin de nouvelles est animé par Marie-Claude Lavallée.

Au Montréal ce soir du 25 juin 1990, les journalistes Ghislaine Bouffard et Alain Picard présentent des reportages qui dressent un bilan du défilé de la Saint-Jean-Baptiste.

À l’invitation des organisateurs, des milliers de Québécois se rassemblent à Montréal. La rue Sherbrooke se transforme en une mer de fleurdelisés.

Le défilé s’ouvre avec un mouton de Troie rempli de jeunes qui appartiennent à diverses communautés culturelles. Les spectateurs interprètent à leur façon ce symbole traditionnel mis au goût du jour.

La Saint-Jean-Baptiste en quelques dates

  • 24 juin 1834 : l’imprimeur et homme politique Ludger Duvernay organise un banquet et un feu de joie pour souligner la fête des Canadiens français.
  • 1866 : un tailleur de Montréal décide de représenter saint Jean-Baptiste par un enfant blond vêtu d’une peau de mouton sur un char allégorique.
  • 1908 : à la suite d’une bulle papale, saint Jean-Baptiste devient le patron des Canadiens français.
  • 1925 : le 24 juin devient un jour férié.
  • 1977 : le premier ministre René Lévesque déclare officiellement le 24 juin fête nationale du Québec.
Encore plus de nos archives

Commentaires fermés

L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.