•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Horaire des paramédics : Malartic met en demeure Christian Dubé

Dès le début de l'année prochaine, il y aura 3 équipes d'ambulanciers pour travailler 24 h sur 24 dans les deux villes.

La Ville de Malartic a fait parvenir une mise en demeure au ministre de la Santé, Christian Dubé, dans le dossier des horaires des ambulanciers.

Photo : Radio-Canada

La Ville de Malartic est passée de la parole aux actes en envoyant mercredi une mise en demeure au ministre de la Santé, Christian Dubé, concernant le dossier des horaires des ambulanciers.

Le conseil municipal avait décidé d’emprunter cette voie lors d’une résolution adoptée le 11 mai dernier. Malartic déplore notamment que le gouvernement n'ait pas suivi la recommandation du CISSS-AT de convertir les horaires de faction des paramédics en horaires à l'heure.

On ne le fait pas ça de gaieté de cœur, mais on n'a pas été entendus ou même écoutés par le gouvernement, affirme le maire Martin Ferron. Tout le monde est au courant de la situation, y compris le ministre. On a fait tout ce qu’on avait à faire. Ça fait 10 ans que ça se parle. On a assez attendu et on passe à un autre niveau.

Une photo de Martin Ferron dans l'hôtel de ville.

Martin Ferron, maire de Malartic et préfet de la MRC de la Vallée-de-l'Or

Photo : Radio-Canada / Mélanie Picard

La Ville affirme que les délais de réponse causés par les horaires de faction pourraient avoir contribué à des décès au cours des dernières années. Dans la mise en demeure, le maire Martin Ferron affirme que le ministre n'accomplit pas sa mission de protéger les citoyens de la région.

C’est une grosse action de notre part, mais ce qui est encore plus gros, c’est que le gouvernement ne prenne pas sa responsabilité pour mettre des mesures adéquates pour sauver la vie des gens, ajoute M. Ferron. Ils ne respectent même pas leurs propres critères pour Malartic, qui démontrent le besoin des horaires à l’heure depuis longtemps.

Si le gouvernement n'agit pas rapidement pour mettre fin aux horaires de faction, Malartic se dit aussi prête à porter la cause devant les tribunaux.

Pour nous, c’est la première étape. Ce n’est pas le but de déposer une poursuite, mais s’il le faut, on va le faire , conclut le maire.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !