•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Élections : les conservateurs ou un parti de gauche, dit Erin O'Toole

Le chef conservateur Erin O’Toole et le chef du Nouveau parti démocratique Jagmeet Singh ont dressé, mercredi, leur bilan de session parlementaire, alors qu'un parfum électoral se fait sentir dans la capitale fédérale.

Erin O'Toole.

Le chef conservateur Erin O'Toole s'adresse au caucus conservateur pour dresser un bilan de la session parlementaire, le 23 juin 2021.

Photo : La Presse canadienne / Sean Kilpatrick

Radio-Canada

Le Parti conservateur est le seul qui se distingue au Parlement, selon Erin O’Toole. Dans un discours aux membres de son caucus en cette dernière journée de travaux à Ottawa, le chef conservateur prépare le terrain pour une éventuelle campagne électorale.

Il réplique ainsi aux attaques de Justin Trudeau, qui affirmait hier que le Parti conservateur, dans l’opposition, utilise des tactiques d’obstruction systématique, au contraire des trois autres partis progressistes à la Chambre des communes.

Erin O'Toole ranime le spectre de la coalition libérale, bloquiste et néo-démocrate de l'époque Harper, en y ajoutant le Parti vert du Canada, afin de les dépeindre comme tous pareils.

Il y a 12 ans, les libéraux, le NPD et le Bloc québécois ont signé un pacte pour former une coalition et gouverner le Canada. Aujourd'hui, avec l'ajout du Parti vert, c'est la même chose qui se produit, a-t-il avancé.

Les quatre partis de gauche veulent montrer qu'ils sont différents les uns des autres. Mais c'est faux. En réalité, ils proposent tous la même chose.

Une citation de :Erin O'Toole, chef du Parti conservateur du Canada

Il soutient ainsi que les Canadiens, au moment d'aller aux urnes, auront deux options : les conservateurs d'un côté et les partis de gauche de l'autre.

En s'adressant aux Québécois, le chef a assuré qu'ils n'avaient plus à se contenter des libéraux ou des bloquistes. Le Parti conservateur est un parti nationaliste qui vous ressemble et qui vous comprend, a-t-il plaidé.

Vous n'avez pas à vous contenter des scandales et des déficits de Justin Trudeau ou du Bloc québécois, qui ne pourra jamais les remplacer. Cette époque est révolue, a-t-il déclaré.

La plus grosse fête du Canada en 2022

Le chef conservateur se dit par ailleurs inquiet de voir les fêtes du Canada annulées dans la foulée de la macabre découverte de Kamloops, en Colombie-Britannique.

Dans les derniers jours, des municipalités canadiennes ont annoncé qu'elles allaient annuler les festivités prévues le 1er juillet cette année, comme St Albert, en Alberta, et Wilmot, en Ontario.

Elles affirment prendre cette décision par respect pour les communautés autochtones à la suite de la découverte des restes de 215 enfants sur le site d'un ancien pensionnat autochtone. D'autres avaient déjà revu leurs plans en raison de la pandémie.

S'adressant à son caucus, M. O'Toole s'est dit inquiet de voir que les injustices du passé et du présent sont trop souvent saisies par un petit groupe d'activistes qui les utilisent pour attaquer l'idée même du Canada.

C'est pourquoi il promet, l'an prochain, une fois la pandémie passée, la plus grosse fête du Canada que le pays aura jamais vue.

Erin O'Toole était le second chef d'opposition à faire son bilan des travaux parlementaires cette semaine.

Mardi, dans un bilan de session aux parfums électoraux, le chef du Bloc québécois, Yves-Francois Blanchet, a stratégiquement positionné ses troupes en leur attribuant le succès de plusieurs motions et projets de loi au cours de la dernière session parlementaire.

Singh opposé à la tenue d'élections

De son côté, le chef du Nouveau parti démocratique (NPD), Jagmeet Singh, ne veut rien entendre d'une élection au cours des prochains mois. Il accuse les libéraux de prétendre que la Chambre des communes est dysfonctionnelle pour déclencher des élections afin d'obtenir une majorité.

Jagmeet Singh parle seul au micro en conférence de presse.

Jagmeet Singh est le chef du Nouveau Parti démocratique.

Photo : La Presse canadienne / Sean Kilpatrick

Dans l'esprit des libéraux, c'est un fait accompli que nous ne reviendrons pas en septembre et nous aurons des élections à la fin de l'été ou au début de l'automne. Ça n'a pas à être le cas. Si les libéraux souhaitent réellement réaliser ce qu'ils ont promis de faire, ils peuvent faire le travail, a-t-il affirmé.

Il n'y a aucune raison de tenir une élection dans les prochains mois. Nous avons hérité d'un mandat de quatre ans. Il nous en reste encore deux.

Une citation de :Jagmeet Singh, chef du NPD

M. Singh précise que son parti est là pour faire avancer les choses dans l'intérêt supérieur de la population canadienne. On est là pour la création d'un réseau universel de garderie, pour assurer une relance [économique] qui profitera aux travailleurs et travailleuses, plaide-t-il.

Le député de Burnaby-Sud estime que son parti a démontré qu'il pouvait travailler avec les autres partis pour faire avances des dossiers qui bénéficiaient aux Canadiens. Nous l'avons fait à de nombreuses reprises au cours de cette pandémie et nous sommes prêts à poursuivre dans cette voie, a-t-il assuré.

Si les libéraux déclenchent des élections à la fin de l'été ou au début de l'automne, que ce soit bien clair : c'est qu'ils souhaitent s'arroger les pleins pouvoirs et non travailler dans l'intérêt supérieur de la population canadienne.

Une citation de :Jagmeet Singh, chef du NPD

Le chef du NPD soutient que les libéraux ont réussi à faire fonctionner la Chambre en s'alliant aux néo-démocrates lorsque les conservateurs étaient opposés à un projet de loi et, à l'inverse, ils se sont alliés aux conservateurs lorsque les néo-démocrates s'opposaient au gouvernement.

Avec les informations de La Presse canadienne

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !