•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La conseillère Jan Harder démissionne de la présidence du comité d'urbanisme

Portrait de la femme devant le passage à niveau d'une voie ferrée.

La conseillère du quartier Barrhaven, Jan Harder.

Photo : Radio-Canada / Idil Mussa

Radio-Canada

La conseillère du quartier Barrhaven, Jan Harder, a démissionné de ses fonctions de présidente du comité d'urbanisme et du développement, mercredi.

Mme Harder a dit quitter la présidence parce que l'attention actuelle mine le travail de la Ville dans les dossiers d'urbanisme.

Les attaques sur les médias sociaux très agressives et la diffamation dirigées contre moi, depuis vendredi, menacent d'affecter les travaux de construction de la Ville qui doivent se poursuivre au comité, a déclaré la conseillère Harder à ses collègues, lors du conseil, mercredi matin.

Le conseil était invité à approuver des sanctions contre elle prévues dans les recommandations du commissaire à l'intégrité Robert Marleau en réaction à la relation de Jan Harder avec le Groupe Stirling.

Dans un volumineux rapport de 101 pages, le commissaire Marleau a recommandé de retirer la conseillère Harder du comité de l’urbanisme en raison de ses liens avec les promoteurs.

Le cabinet de conseil est dirigé par le lobbyiste enregistré Jack Stirling – que la conseillère Harder considère comme un ami et un mentor, et à qui elle a régulièrement demandé conseil – et comprend la fille de M. Stirling, Alison Clarke.

Le rapport a révélé, entre autres choses, que le Groupe Stirling a été sous contrat avec Mme Harder pendant des années, alors qu'il représentait des clients privés de planification à la mairie et les représentait même personnellement au comité présidé par Jane Harder.

Le conseil municipal divisé

Des groupes communautaires, comme Horizon Ottawa, demandaient la démission pure et simple de Jan Harder. Mais contestant les conclusions du rapport du commissaire, celle-ci entend rester en poste comme conseillère municipale de Barrhaven.

Son sort a toutefois divisé le conseil municipal.

Le maire Jim Watson a estimé qu'elle a pris la bonne décision en quittant ses fonctions de présidente du comité d'urbanisme et du développement.

Je pense qu'aujourd'hui, Mme Harder a pris la bonne décision de quitter le comité d'urbanisme, soit la plus importante recommandation de commissaire Marleau, a-t-il commenté, se positionnant contre les autres sanctions prévues dans le rapport.

Pour le conseiller Rawlson King, les conclusions du commissaire à l'intégrité ont démontré un clair manque de jugement.

Diane Deans pose pour un portrait dans son bureau.

La conseillère municipale du quartier Gloucester-Southgate, Diane Deans (Archives)

Photo : Radio-Canada / Jean Delisle

Mme Harder a soutenu avoir toujours agi avec intégrité. Mais pour certains conseillers, dont Catherine McKenney et Diane Deans, cela reste insuffisant.

J'exhorte mes collègues à bien vouloir voter pour les recommandations initiales [du rapport du commissaire à l'intégrité] et à sanctionner notre collègue, a ainsi demandé la conseillère de Gloucester-Southgate, Diane Deans.

Si vous êtes membre du club Watson, il n'y a donc aucune conséquence à vos actions

Une citation de :Diane Deans, conseillère municipale du quartier Gloucester-Southgate

Sous la pression de ces conseillers, le conseil municipal a finalement revu la motion initiale du maire Watson et blâmé Mme Harder dans ce dossier.

La majorité des élus a toutefois refusé de suspendre son salaire pendant 15 jours, comme le recommandait le commissaire, ou de lui demander de rembourser les frais de justice qui ont été pris en charge pour sa défense dans ce dossier.

Une issue dénoncée par certains conseillers, dont Mme Deans.

Il y a deux sortes de règles : celles pour les membres du Watson Club et les règles pour le reste d'entre nous, a-t-elle dénoncé. S'il s'agissait de n'importe quel autre conseiller qui ne vous obéissait pas à chaque vote, il ne ferait aucun doute que les recommandations du commissaire à l'intégrité auraient été pleinement appliquées.

Avec les informations d'Antoine Trépanier, Nafi Alibert, Joanne Chianello et Kate Porter

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !