•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le producteur Luc Wiseman devra se tenir loin des mineurs

Plan rapproché de Luc Wiseman portant un masque de procédures.

Luc Wiseman à sa sortie de l'édifice du Service de police de la Ville de Montréal.

Photo : Radio-Canada / Ivanoh Demers

La Presse canadienne

Accusé de crimes sexuels contre une mineure, le producteur québécois Luc Wiseman s'est fait imposer, mercredi, par la Cour du Québec une série de conditions supplémentaires pour l'obliger à se tenir loin des jeunes de moins de 16 ans.

Le dossier de l'homme de 65 ans a été appelé mercredi devant le juge Pierre Labelle de la Cour du Québec.

L'accusé n'était pas présent : il s'est fait représenter, comme c'est son droit, par son avocat Me Alexandre Bien-Aimé.

Il fait face à cinq chefs d'accusation, dont agression sexuelle, attouchements et voies de fait à l'endroit d'une personne de moins de 16 ans. Les événements qu'on lui reproche se seraient produits entre novembre 2018 et avril 2021.

Les deux autres accusations portées contre lui ont trait à la production et à la possession de pornographie juvénile.

Luc Wiseman était le président et propriétaire de la maison de production Avanti Groupe, qui coproduit notamment la populaire émission Tout le monde en parle. L'entreprise a confirmé que M. Wiseman a quitté ses fonctions en raison des accusations portées contre lui.

Mercredi, Me Bien-Aimé a signalé que son client « réservait son choix », c'est-à-dire qu'il n'a pas encore décidé s'il préfère un procès devant jury ou devant juge seul.

Quant à elle, la procureure de la Couronne, Me Annabelle Sheppard, a fait ajouter une série de conditions que l'accusé devra respecter.

Les nouvelles conditions de l'accusé :

  • Il lui est ainsi interdit de se trouver près d'une piscine publique, d'une école ou d'un terrain de jeux;
  • Il lui est interdit de travailler avec des personnes de moins de 16 ans;
  • Il lui est interdit de se trouver en leur présence dans des lieux privés ou de communiquer avec un jeune, à moins qu'un adulte ne soit présent et au courant des accusations qui pèsent contre lui.

Luc Wiseman devra revenir à la Cour le 7 septembre pour la suite des procédures.

Une ordonnance de la Cour interdit de nommer la présumée victime, ainsi que tout détail permettant de l'identifier.

Luc Wiseman avait été arrêté le 18 mai dernier avant d'être interrogé par les enquêteurs au Centre opérationnel – Division Sud du Service de police de la Ville de Montréal (SPVM).

Il avait été libéré sous condition en attendant sa comparution de ce matin.

Commentaires fermés

L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.