•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

D’importants assouplissements dans les garderies du Nouveau-Brunswick

Trois fillettes jouent autour d'une table de salon.

Les enfants ne seront plus obligés de rester dans leur groupe respectif.

Photo : Getty Images

Le Nouveau-Brunswick permettra à compter du 28 juin des relâchements substantiels dans les centres de la petite enfance de la province.

Ces nouvelles directives ont été partagées aux exploitants de garderies et centres de la petite enfance cette semaine et entrent en vigueur le lundi 28 juin.

Ces règles resteront en place jusqu’à l’annonce de la phase trois du plan de retour à la normale, soit lorsque 75 % des Néo-Brunswickois admissibles auront reçu deux doses du vaccin et que la province passera en phase verte.

Parmi les changements les plus significatifs, on note que :

  • Les enfants et les employés ne sont plus tenus à porter le masque ou observer la distanciation physique;
  • Le concept de bulle est éliminé et les groupes peuvent interagir entre eux;
  • L’accès aux garderies éducatives est permis aux visiteurs jugés essentiels ainsi qu’aux parents, mais ceux-ci doivent continuer à porter le masque.

De plus, certains événements spéciaux seront permis, par exemple pour un spectacle d’enfants et des fêtes d’anniversaires, s’ils respectent les règles générales de la santé publique sur les rassemblements.

De plus, les artistes et bibliothécaires pourront aller dans les établissements en portant le masque et les excursions hors de la garderie sont permises si elles respectent certaines conditions, comme éviter les endroits bondés.

Pour la directrice de la garderie Le Club des amis Halte scolaire de Bathurst, Melinda Brideau, cette nouvelle est reçue comme une bouffée d’air fraîche.

Les bulles, ça nous causait vraiment des problèmes, explique-t-elle.

La garderie a dû réduire ses heures d’ouverture, car il était impossible de regrouper les enfants en début et en fin de journée. Le maintien de ces groupes séparés les uns des autres compromettait aussi les vacances d’été du personnel, selon Mme Brideau.

Mais plus que tout, c’est un soulagement pour le personnel, les enfants, mais aussi pour les parents.

Les parents n’avaient même pas le droit d’aller à la pouponnière, ils n’avaient pas le droit d’aller, c’était crève-cœur, ils pleuraient. Alors ça va être autre chose maintenant pour la pouponnière, raconte Mme Brideau.

On est tous très contents.

Une citation de :Melinda Brideau, directrice de la garderie Le Club des amis Halte scolaire de Bathurst

Nadine Cormier, propriétaire de la garderie le Gardérisson de Dieppe, abonde dans le même sens.

On a senti nos épaules baisser. Ouf, on va pouvoir souffler un petit peu, confie-t-elle.

Certaines règles restent en place

Dans sa mise à jour, la santé publique continue d’exiger certaines mesures, comme le maintien d’un registre des visiteurs et le nettoyage renforcé des mains et des surfaces tout au long de la journée.

Les mains savonneuses d'un enfant sous l'eau d'un évier.

Le lavage fréquent des mains va se poursuivre selon les directives de la santé publique, ce qui est une bonne chose selon Nadine Cormier, puisque les enfants sont malades bien moins souvent depuis 18 mois.

Photo : iStock

Mais c'est un prix acceptable à payer selon Nadine Cormier.

On comprend. On prendra le ménage. J'aime mieux l'élimination des bulles. Le ménage on le fera, c'est correct.

Une citation de :Nadine Cormier, propriétaire de la garderie le Gardérisson de Dieppe

De plus, les parents doivent continuer à évaluer l’état de leur enfant et éviter de l’envoyer à la garderie s’il présente deux symptômes ou plus de la COVID-19.

Les garderies doivent aussi continuer de suivre un protocole rigoureux en cas d’éclosion ou si un nombre inhabituel d’enfants s’absente de l’établissement.

La province annonce du même coup que les paiements accordés pour aider les exploitants de garderie à s’adapter aux exigences de la COVID-19 prendront fin le 31 juillet.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !