•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Deux phares du Bas-Saint-Laurent seront protégés par Québec

Le phare et la maison du phare de l'île Verte.

Le phare de l’île Verte est le plus vieux phare du Québec (archives).

Photo : Radio-Canada / Marie-Christine Rioux

Radio-Canada

Le ministère de la Culture annonce qu’il protégera le phare des Îles-du-Pot-à-l’Eau-de-Vie, au large de Rivière-du-Loup, et le phare de l’Île-Verte en vertu de la Loi sur le patrimoine culturel.

La ministre de la Culture et des Communications du Québec, Nathalie Roy, l'a annoncé mercredi matin.

Le gouvernement souhaite ainsi que les valeurs historique, architecturale et ethnologique de ces biens patrimoniaux soient protégées et préservées.

En cette période de célébrations de notre fête nationale, je suis heureuse de contribuer à la préservation de ces phares, ces sentinelles, qui ont été érigés sur les berges du fleuve pour venir en aide aux marins ayant emprunté cette voie maritime majestueuse et qui ont ainsi contribué à ce que nous sommes devenus, a indiqué la ministre Roy par voie de communiqué.

Construit entre 1806 et 1807, le phare de l’Île-Verte est le plus vieux phare du Québec et le troisième au Canada.

Il servait à indiquer l’entrée du chenal sud du fleuve Saint-Laurent.

Le phare des Îles-du-Pot-à-l’Eau-de-Vie a pour sa part été construit entre 1860 et 1862. C’est la dernière maison-phare à subsister au Québec.

Un troisième phare, celui du Pilier-de-Pierre, situé dans la municipalité de Saint-Jean-Port-Joli, dans Chaudière-Appalaches, sera également classé par Québec lors de la même annonce.

Par ce geste de la ministre Nathalie Roy, ces phares jouissent donc d'une protection immédiate, bien que le processus menant au classement officiel ne soit pas encore terminé.

Lorsque la ministre signe un avis de classement, le processus se met en branle relativement rapidement. La première étape consiste en la confection d'un plan de classement.

Ce document présente les orientations de la ministre en vue de la préservation, de la réhabilitation et de la mise en valeur de l'immeuble, peut-on lire sur le site du ministère de la Culture et des Communications.

Simultanément, les personnes intéressées disposent de 60 jours pour s'exprimer sur l'intention de classer l'immeuble auprès du Conseil du patrimoine culturel du Québec.

Le classement officiel peut être fait dans un délai de 90 jours à un an après la transmission de l'avis d'intention de la ministre.

Avec les informations de Michel-Félix Tremblay

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !