•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

De l’origami pour se souvenir des enfants disparus dans les pensionnats

Deux hommes japonais posent devant une oeuvre de plusieurs origamis.

Kelly Kaita (à gauche) et Yuhito Adachi (à droite), de l'Association culturelle japonaise du Manitoba, posant devant leurs oiseaux en origami.

Photo : Radio-Canada / John Einarson

Radio-Canada

Des membres de l’Association culturelle japonaise du Manitoba se sont mis au défi de confectionner des milliers de grues en origami à la mémoire des enfants disparus dans les pensionnats pour Autochtones.

Dans la culture japonaise, ces oiseaux représentent la paix et la réconciliation.

L’idée d’une telle création est venue du président de l’Association culturelle japonaise du Manitoba, Kelly Kaita, après qu'il a appris la découverte des restes de 215 enfants sur le site d’un ancien pensionnat pour Autochtones à Kamloops, en Colombie-Britannique. 

Beaucoup de nouvelles entourent la publication Chaque enfant compte : la réconciliation par l’éducation. Nous sentions que c’était important pour notre association de soutenir cette cause , dit Kelly Kaita.

Il ajoute que, selon une légende japonaise, une personne qui réalise 1000 grues en papier se voit offrir un vœu. On peut faire un voeu pour le bonheur, la santé, peu importe. M. Kaita souhaite la vérité et la réconciliation.

Selon le secrétaire de l’Association culturelle japonaise du Manitoba, Yuhito Adachi, ces œuvres en papier se réalisent rapidement.

Cela prend 1 minute et 20 secondes à faire, explique M. Adachi, qui en a confectionné à lui seul une centaine.

Il va placer sa dernière création faite sur un papier aux motifs de fleur de cerisier dans la pile avec 3000 autres grues en papier, dont certaines ont été confectionnées par des gens à Tokyo.

Yuhito Adachi est chargé d’assembler ces oiseaux en papier sur des fils pour en faire une pièce d’art suspendue.

Cette dernière sera remise au centre autochtone Ma Mawi Wi Chi Itata, à Winnipeg. 

Ce dernier se dit honoré d’avoir été choisi pour recevoir ce cadeau. Il élabore actuellement un plan pour récupérer les grues en origami et reconnaître leur importance.

Bannière-image du dossier.

Avec les informations de Peggy Lam

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !