•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

COVID-19 : le Yukon montre-t-il au reste du Canada ce qui l’attend?

Le territoire connaît une éclosion importante, malgré le meilleur bilan de vaccination du Canada. Près de 72 % des adultes et 60 % de la population totale ont reçu deux doses de vaccin.

Vue d'ensemble du centre-ville en été.

La plupart des cas de COVID-19 signalés au Yukon depuis le 4 juin dernier se trouvent dans la capitale, Whitehorse.

Photo : Radio-Canada / Philippe Morin

Alors que les cas de COVID-19 continuent d’augmenter au Yukon et de baisser ailleurs au pays, les yeux sont rivés sur le territoire qui pourrait bien être l’exemple de ce qui attend le reste du Canada dans les prochains mois.

Le médecin hygiéniste en chef du Yukon, le Dr Brendan Hanley, faisait état de huit nouveaux cas de COVID-19 mardi.

Pendant longtemps, le territoire avait réussi à éviter les éclosions du virus, mais le variant Gamma, découvert pour la première fois au Brésil, associé à tous les nouveaux cas au Yukon depuis le 4 juin, semble être venu enrayer la machine.

Le territoire compte actuellement 92 cas actifs, du jamais-vu depuis le début de la pandémie.

La médecin hygiéniste en chef intérimaire Catherine Elliott parle dans un micro devant des drapeaux.

La médecin hygiéniste en chef intérimaire du Yukon, Catherine Elliott, a indiqué la présence d'une éclosion de COVID-19, le 13 juin, en lien avec le variant Gamma.

Photo : Justin Kennedy/gouvernement du Yukon

Le Yukon présente pourtant le meilleur bilan de vaccination au Canada : plus de 80 % des adultes ont reçu leur première dose de vaccin et plus de 72 % leurs deux doses, selon les données mises à jour le 14 juin dernier.

Plus de 65 % de la population totale a reçu au moins une dose de vaccin et près de 60 % des Yukonnais sont entièrement vaccinés.

À titre de comparaison, la Colombie-Britannique et le Québec, où respectivement 66,43 % et 67,76 % de la population ont reçu une première dose, ne comptent que 12 % de leur population qui est complètement immunisée.

Les jeunes Yukonnais non vaccinés, cibles du variant Gamma

Au Yukon, où la gestion de la pandémie semblait jusqu'ici très efficace, l'éclosion rappelle que 40 % de la population totale et 20 % des adultes ne sont pas vaccinés, ce qui est encore beaucoup.

Selon le Dr Hanley, 84 % des personnes ayant obtenu un diagnostic positif du virus qui cause la COVID-19 depuis le 13 juin n’ont reçu aucune dose de vaccin (111 sur 132). Parmi les autres cas, 11 personnes sont totalement vaccinées et 8 ont seulement reçu une première dose. Le statut vaccinal de deux personnes est encore inconnu.

C’est remarquable à quel point cela cible les personnes non vaccinées, affirme le médecin.

Brendan Hanley parle dans un micro lors d'une conférence de presse.

Le médecin hygiéniste en chef du Yukon, le Dr Brendan Hanley, pense que l'introduction de la COVID-19 dans le territoire, en ce qui concerne l'éclosion récente, a pu avoir lieu à la mi-mai ou la fin de mai.

Photo : Justin Kennedy/gouvernement du Yukon

Les premiers cas récents ont été associés en premier lieu à une cérémonie de finissants à Whitehorse. La COVID-19 s’est ensuite répandue parmi les jeunes et jeunes adultes lors de rassemblements dans des bars et fêtes privées et, de là, le virus s’est propagé sur le territoire de façon furtive et silencieuse.

Le Dr Hanley pense aussi que les gens ont baissé la garde. Je pense que, lorsque les gens entendaient que l'été approchait et qu'on se dirigeait vers la réouverture, c'est le message sur la nécessité de continuer à adhérer aux mesures de santé publique qui a été oublié.

Une situation qui n’a rien d’étonnant

La situation que connaît le Yukon semble pourtant quasiment logique aux yeux du docteur Brian Conway, directeur médical du Centre des maladies infectieuses de Vancouver et président de RésoSanté Colombie-Britannique.

Le docteur Brian Conway devant un étalage de dossiers médicaux.

Le docteur Brian Conway rappelle que l'on peut avoir des transmissions liées à la COVID-19 même dans une population qui est très bien vaccinée.

Photo : Radio-Canada/Geneviève Milord

Je pense que c’est ça qu’on va voir, dit-il. Encore une fois, le vaccin n’est pas 100 % efficace. Il y a de nouveaux variants plus contagieux, le déconfinement n’est pas total, il faut faire attention, il faut suivre les règlements qui sont en place. Et même si on suit les règlements, il se peut qu’[il y] ait des transmissions.

D'après lui, il ne faut donc pas être découragé à l’idée de voir encore des cas et des éclosions dans les mois à venir. En revanche, là où il faudra commencer à se poser des questions, ajoute-t-il, c’est si on a des transmissions communautaires non contrôlées ou l'arrivée d’un nouveau variant.

Pas d'affolement en dehors du Yukon

D’autres compétences semblent aussi penser que ce qui se passe au Yukon était attendu et que la situation ne remet pas en question leur propre plan de réouverture.

L’Alberta, qui doit par exemple lever ses restrictions le 1er juillet, le fera à un moment où Jason Kenney, le premier ministre, affirmera qu’il y aura environ 40 % de la population complètement vaccinée.

Jason Kenney en conférence de presse avec la ville d'Edmonton derrière lui.

Le premier ministre albertain Jason Kenney a annoncé la réouverture complète de la province dès le 1er juillet.

Photo : La Presse canadienne / Jason Franson

On est confiants, ce plan a été développé par la Dre Deena Hinshaw [la médecin hygiéniste en chef de la province, NDLR] et notre équipe d’experts de la santé publique, et c’est axé sur l’efficacité des vaccins.

Aux Territoires du Nord-Ouest aussi, on s’en tient au plan de réouverture présenté le 9 juin dernier qui est basé sur l'atteinte des seuils cibles dans les T.N.-O., des taux de vaccination nationaux et de la diminution de l'incidence de la COVID-19 en dehors du territoire, selon un courriel d’un porte-parole de la santé publique.

Augmenter les seuils de vaccination au pays

Selon Brian Conway, l’exemple du Yukon montre que, malgré les nouveaux cas, même chez les personnes vaccinées, il ne faut pas renoncer à se faire immuniser.

Il affirme qu’il faut continuer le dialogue avec les gens qui sont opposés à la pratique, mais qu’il faut aussi améliorer les structures d’accès aux vaccins pour la population qui voudrait se faire vacciner, mais qui ne le peut pas.

Il faudra aussi revoir les cibles de vaccination prévues au pays, croit-il.

On visait 75 % des gens avec une première dose et 20 % complètement vaccinés, mais la modélisation ne tenait pas compte des nouveaux variants. [...] Il serait probablement plus approprié de parler de 80 à 85 % de première dose et tout au moins de 50 à 60 % de personnes complètement vaccinées.

Une citation de :Dr Brian Conway

Au moment de la levée des restrictions à l’automne, le Dr Conway pense que ce sera la fin du début, pas la fin de la fin. Il rappelle que la COVID-19 restera présente, qu’il faudra probablement une troisième dose de vaccin et qu’il y aura toujours des cas presque quotidiennement.

C’est là notre avenir.

Avec des informations de Claudiane Samson, Julien Latraverse, Elyn Jones et Julien Gignac

Bannière promotionnelle avec le texte : Explorez les histoires du Grand Nord, ICI Grand Nord

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !