•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

COVID-19 : aucune amende malgré des milliers d'inspections d'entreprises au Manitoba

Deux travailleurs de la construction sur un chantier résidentiel.

Les inspecteurs de la sécurité et de l’hygiène au travail du Manitoba ont effectué plus de 4000 inspections de lieux liées à la COVID-19, mais ils n'ont infligé aucune amende.

Photo : Radio-Canada / Ivanoh Demers

Radio-Canada

Les inspecteurs de la sécurité et de l’hygiène au travail du Manitoba ont effectué plus de 4000 inspections de lieux liées à la COVID-19 depuis le début de la pandémie, mais ils n'ont infligé aucune amende.

Par ailleurs, le ministère des Finances, qui en est responsable, n'est pas en mesure de déterminer le nombre d'exigences d’amélioration qui ont été remises aux entreprises concernées.

Une analyse des rapports d’application de la Loi sur la santé publique faite par CBC a révélé 4116 appels à la sécurité et à l’hygiène au travail, 6 avertissements et aucune amende. En comparaison, la Gendarmerie royale du Canada a reçu 10 066 appels qui ont donné lieu à 597 contraventions, soit un montant total de 725 766 $ d’amendes.

Le département de la sécurité et de l’hygiène au travail du Manitoba a, de plus, délivré 8500 ordonnances d’amélioration depuis que la pandémie a commencé, mais il n’est pas en mesure de dire lesquels sont en rapport avec la COVID-19. De surcroît, aucun ordre d'arrêt de travail en raison de problèmes liés au coronavirus n’a été remis.

Problème de transparence

On devrait être en mesure d’avoir une meilleure façon de suivre tout ce qui est lié à la COVID-19, a déclaré le président de la Fédération des travailleurs du Manitoba, Kevin Rebeck.

Il y a un problème lorsque le gouvernement n'est pas transparent et ne transmet pas ces informations. Il y a également un problème lorsqu'il ne les suit pas correctement. Il est totalement inacceptable qu'après un an et demi de pandémie il n'ait pas établi un système clair de suivi, a-t-il ajouté.

À la fin du mois de mai, CBC a eu un rare aperçu de ce que la santé publique sait sur les cas de COVID-19 en milieu de travail après qu'une note de service eut été divulguée, révélant que 72 lieux de travail de Winnipeg étaient soupçonnés d'avoir eu des éclosions de cas de COVID-19 entre le 1er mars et le 19 mai. Trente-neuf de ces éclosions ont été détectées en mai seulement.

Le travail, premier lieu de transmission de la COVID-19

De manière générale, le département de la sécurité et de l’hygiène au travail du Manitoba constate une bonne conformité, et les employeurs prennent souvent des mesures rapidement pour résoudre les problèmes et suivre les recommandations. Aucune recommandation d'imposition de pénalité pour non-respect d'une ordonnance de santé au travail liée à la COVID-19 n'a encore été formulée, a écrit un porte-parole du ministère des Finances.

Ce dernier a ajouté que de nombreuses ordonnances de la Loi sur la santé publique ne s'appliquent pas aux entreprises qui ne sont pas accessibles au public, telles que la construction, l'exploitation minière et la fabrication.

Le manque d’information concernant les cas de COVID-19 au Manitoba est saisissant, comparativement à l’Ontario. La région sanitaire de Peel, par exemple, publie régulièrement les lieux de travail où des éclosions sont en cours.

Lundi, le Manitoba a publié pour la première fois, des informations concernant la transmission de la COVID-19 sur les lieux de travail. Ces derniers arrivent en tête, avec 36,9 % des infections, loin devant le secteur industriel (17,8 %), les garderies (9,5 %) et les écoles (8,7 %).

Notre dossier COVID-19 : ce qu'il faut savoir

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !