•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le parc national Wood Buffalo pourrait devenir un site en péril du patrimoine mondial

Image aérienne du parc national Wood Buffalo : arbres et marécages.

Le parc national Wood Buffalo abrite le deuxième plus grand delta d'eau douce au monde.

Photo : Parcs Canada

Radio-Canada

Dans un rapport publié cette semaine, l’UNESCO s'inquiète de la sauvegarde du parc national Wood Buffalo. Le rapport pointe notamment du doigt les résidus des sables bitumineux et la gouvernance divisée entre les différents paliers de gouvernements.

Le rapport de l’organisation non gouvernementale conclut que le parc national Wood Buffalo remplit probablement les critères pour être placé sur la liste des sites en péril du patrimoine mondial de l'UNESCO.

Elle demande au Canada d'inviter une équipe à venir évaluer le parc. L'équipe prendrait par la suite la décision d’ajouter ou non le parc national Wood Buffalo aux 51 autres sites figurant sur la liste du patrimoine mondial en péril.

De bonnes mesures, mais pas assez

L’UNESCO salue des mesures fédérales qui incluent 60 millions de dollars pour la gestion et la surveillance de l'eau. Elle applaudit ainsi les efforts du Canada pour améliorer les niveaux d'eau dans le parc, qui ont connu une baisse à long terme en raison des changements climatiques et de projets de développement tels que le barrage du site C qui se situe en Colombie-Britannique en amont du parc.

Cependant, rien n'est fait pour faire face aux principaux problèmes du parc, précise le rapport, car aucun gouvernement n'a pris de mesures à long terme pour s'assurer que suffisamment d'eau atteigne le delta, malgré des préoccupations déjà exprimées dans un précédent rapport.

Il est très préoccupant de constater que les mécanismes permettant de déterminer et de se mettre d'accord sur la régulation environnementale du débit [...] ne sont toujours pas en place cinq ans après la mission.

Le précédent rapport, publié en 2017, dressait le constat que 15 des 17 repères écologiques se détérioraient.

Les résidus de sables bitumineux inquiètent

L’UNESCO note que les bassins de résidus de sables bitumineux en amont du parc continuent de s'étendre. Elle souligne que d'autres études ont conclu que des résidus s'infiltraient déjà dans la rivière Athabasca par le biais des eaux souterraines et que les gouvernements étudiaient maintenant comment l'eau pourrait y être déversée.

L'Alberta n'a fait aucun progrès dans l'évaluation des risques des bassins qui avait été promise, indique le rapport. Il est très préoccupant que l'évaluation des risques des bassins de résidus [...] n'ait pas commencé.

Selon l'UNESCO, le véritable problème du parc est que les menaces auxquelles il est confronté viennent de l'extérieur de ses frontières et que la Colombie-Britannique, l'Alberta et Ottawa n'ont pas travaillé ensemble sur un plan global pour faire face aux enjeux. Des problèmes majeurs en matière de gouvernance subsistent, indique le rapport.

La Première Nation crie de Mikisew réagit

La Première Nation crie de Mikisew ne veut pas que l'eau des bassins de résidus se retrouve dans la rivière Athabasca. Mélodie Lépine, une porte-parole de la Première Nation établie à proximité du parc national, salue la conclusion de l'UNESCO selon laquelle les problèmes de Wood Buffalo ne peuvent être résolus par un simple plan d'action triennal de Parcs Canada.

Pour aller à la racine du problème, il faut résoudre la question de la gouvernance, déclare Melody Lépine, qui insiste sur le besoin de travailler en tant que nation pour arriver à une sorte d'accord

Des progrès ont été réalisés, selon Parcs Canada

Dans un communiqué, Parcs Canada a déclaré que plus de 87 millions de dollars avaient été affectés au parc et que la recherche, la surveillance et l’amélioration de la gestion avaient déjà commencé.

Depuis que le plan d'action a été finalisé en 2019, des progrès notables ont été réalisés, avec plus de la moitié des actions proposées achevées ou en cours.

Une citation de :Parcs Canada

Créé en 1922, le parc national de Wood Buffalo contient près de 45 000 kilomètres carrés de forêt boréale, de zones humides, de lacs, de rivières et de plaines. Des millions d'oiseaux migrateurs en font leur lieu de reproduction. Il abrite aussi l'un des troupeaux de bisons des bois les plus importants et les plus diversifiés sur le plan génétique, ainsi que la dernière colonie naturelle de grues cendrées au monde.

Ni le gouvernement de l'Alberta ni celui de la Colombie-Britannique n'étaient immédiatement disponibles pour commenter le rapport.

D'après les informations de La Presse canadienne

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !