•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La tyrolienne entre Ottawa et Gatineau ouvre la saison touristique

Une femme et un homme s'amusent en faisant de la tyrolienne.

La tyrolienne aurait dû démarrer ses activités en 2020.

Photo : Radio-Canada / Michel Aspirot

Radio-Canada

Alors qu'elle aurait dû être lancée au printemps 2020, la tyrolienne reliant Ottawa et Gatineau a finalement été officiellement présentée mardi, ouvrant ainsi la saison touristique dans la région.

Un projet de 953 jours, souffle Alex Van Dieren, coprésident de l'entreprise Orkestra.

La pandémie a bouleversé le lancement de la tyrolienne. Mais mardi, M. Van Dieren pouvait pousser un soupir de soulagement.

Il y attribue aussi un côté plus que symbolique, puisqu’il survient un peu moins d’une semaine après la réouverture de la frontière entre le Québec et l’Ontario.

C’est vraiment une libération après le confinement. On vient de lancer le message qu’on peut traverser le Québec et l’Ontario.

Alex Van Dieren parle en tenant le micro.

Alex Van Dieren, coprésident de l'entreprise Orkestra

Photo : Radio-Canada / Michel Aspirot

Un attrait touristique de plus

Le gouvernement du Québec a accordé une aide de plus de 135 000 $ à cette nouvelle attraction touristique à Gatineau.

L’appui de notre gouvernement démontre une volonté d’encourager les entrepreneurs et le développement du secteur touristique. Ce projet contribuera encore davantage à faire de notre région un incontournable pour les visiteurs, a déclaré le député de Chapleau, Mathieu Lévesque, par voie de communiqué.

La présidente-directrice générale de Tourisme Outaouais, Julie Kinnear, estime qu'il s'agit d'un ajout important pour la région.

C’est fantastique, surtout après la pandémie, d’avoir une nouvelle attraction. On est très excités. Elle relie les deux provinces, c’est très symbolique, a poursuivi la présidente-directrice générale de Tourisme Outaouais, Julie Kinnear.

Relier les deux rives

Une attraction permanente?

Alex Van Diere souhaite voir, cet été, un total de 20 000 à 30 000 personnes glisser le long de la première tyrolienne interprovinciale du monde.

Au moment où l’on se parle, c’est un projet qui sera ici entre cinq et 10 ans. Si l’engouement est là, ça pourrait devenir un projet permanent.

La tyrolienne, officiellement appelée l’Interzip Rogers, devrait attirer une clientèle touristique internationale lorsque cela sera possible, disent les deux groupes derrière le projet, Orkestra et Zibi.

D’ici là, l’accent sera mis sur la clientèle locale et des intervenants d'ici souhaitent que le projet engendre aussi des retombées économiques dans les deux régions.

C’est un bel attrait touristique. J’invite les gens à venir l’essayer, et après, à passer du bon temps dans notre centre-ville, a déclaré le conseiller municipal de la Ville de Gatineau, Pierre Lanthier.

L’objectif est de leur faire découvrir l’Outaouais. [...] La tyrolienne est un nouvel incontournable à essayer. On en parle en France et en Angleterre et les gens sont vraiment intéressés par cette belle attraction, a enchaîné la PDG de Tourisme Outaouais Julie Kinnear.

Une femme, prise de profil, en entrevue à Radio-Canada.

Julie Kinnear, PDG de Tourisme Outaouais

Photo : Radio-Canada

Les premiers à l’essayer

En remportant une vente aux enchères en ligne, Charles-Armand Turpin et Valérie Ducharme ont déboursé 27 000 $ pour être les deux premières personnes à parcourir la tyrolienne. Ladite somme d’argent sera remise à neuf organismes à but non lucratif de la région.

Un homme et une femme en entrevue.

Charles-Armand Turpin et Valérie Ducharme, de la compagnie Verval, ont payé 27 000 $ pour être les premiers à faire la descente.

Photo : Radio-Canada / Michel Aspirot

Valérie Ducharme a avoué avoir été un peu nerveuse à l’aube de sa descente, puisqu’elle n’est pas particulièrement une adepte des hauteurs, mais elle jure en avoir eu pour son argent.

Le paysage est tellement à couper le souffle qu’on en oublie nos peurs. Ce n’était pas assez long, dit celle qui recommande l’activité à tous, car elle fait du bien après un long confinement.

Le départ de la tyrolienne, vu de loin.

Déjà, 25 % des billets ont trouvé preneur, dit Alex Van Dieren, coprésident de l'entreprise Orkestra.

Photo : Radio-Canada / Michel Aspirot

De son côté, Charles-Armand Turpin a avoué être surtout impressionné par le fait qu’une telle activité soit possible au centre-ville. Normalement, on fait ça en pleine nature au Mexique ou ailleurs.

Reprise progressive des activités

L'ouverture de la tyrolienne marque le début de la saison touristique et arrive au moment même où l'Outaouais s'apprête à passer en zone verte, lundi prochain.

Mercredi, ce sera au tour du Casino du Lac-Leamy de rouvrir ses portes après des mois de fermeture. Le casino accueillera également, en août, dix soirs de feux d'artifice.

Dès vendredi, les festivals et autres grands événements extérieurs pourront également avoir lieu partout dans la province, avec un maximum de 3500 personnes autorisées sur chaque site, dans le respect de certaines mesures sanitaires.

Le passage en zone verte signifiera la levée de nombreuses restrictions, favorisant ainsi davantage d'activités touristiques.

Avec les informations de Jérémie Bergeron

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !