•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Vaccination en Ontario : le système fonctionne malgré sa complexité, selon des experts

La pharmacienne Barbara Violo prépare une dose de vaccin.

Malgré un système de prise de rendez-vous jugé compliqué, la vaccination va bon train en Ontario. (Archives)

Photo : La Presse canadienne / Nathan Denette

Radio-Canada

Le système de prise de rendez-vous afin se faire vacciner contre la COVID-19 en Ontario a été décrit comme étant complexe, fragmenté et frustrant. Malgré cela, plus de 75 % des Ontariens ont reçu une première dose, ce qui pousse certains experts à dire que le système remplit son objectif.

Le portail du gouvernement ontarien n'est pas accessible dans toutes les régions. Les pharmacies qui distribuent des doses de vaccins gèrent leurs propres rendez-vous et n’ont pas été intégrées au système provincial. De plus, les cliniques de vaccination sans rendez-vous génèrent parfois de longues files d'attente.

Beaucoup se sont plaints du système, mais certains observateurs affirment que, malgré ses défauts, les résultats sont là.

Le Dr Peter Juni, directeur scientifique du groupe consultatif scientifique ontarien de lutte contre la COVID-19, a déclaré qu'il était extrêmement reconnaissant envers les résidents d'avoir persévéré.

Cela peut être frustrant, parfois ce n'est pas idéal de devoir faire la queue, d'attendre, mais je pense que nous devons regarder cela du point de vue du verre à moitié plein, a souligné le Dr Juni.

Nous sommes à un carrefour si critique en raison du variant Delta. Nous devons simplement nous entraider, tirer parti de notre sens de la communauté et de notre sens du service.

Timothy Sly, épidémiologiste et professeur émérite à l'École de santé publique et du travail de l'Université Ryerson, a expliqué qu'il était initialement sceptique quant à la capacité de l'Ontario à faire vacciner rapidement sa population. Le déploiement, a-t-il dit, a dépassé ses attentes, même si l'expérience a été ardue pour plusieurs.

C'est une bonne chose que nous ayons réussi à atteindre ces chiffres, mais au prix de la confusion et de la frustration de beaucoup de gens en cours de route , a-t-il déclaré. Cela aurait pu être fait de manière beaucoup plus efficace.

Flexibilité

Shiran Isaacksz, co-responsable du déploiement du vaccin mobile à Toronto, a indiqué que les multiples voies offertes par la province pour réserver un vaccin fournissent une certaine flexibilité.

L'utilisation d'un portail ou d'une fenêtre contextuelle ne suffit pas à résoudre tous les problèmes que rencontrent les gens pour se faire vacciner. Nous avons donc besoin d'options multiples et variées , a-t-il déclaré.

Selon lui, l'urgence de la campagne de vaccination génère de l'anxiété chez les personnes qui craignent de ne pas se faire vacciner le plus tôt possible.

En l'absence d'un point central où l'on peut consulter les différentes options, il peut être difficile de savoir si l'on attend plus longtemps que nécessaire pour se faire vacciner.

Il a fallu un effort de la base pour tenter de combler ce vide. Vaccine Hunters, un site Web et un compte Twitter gérés par des bénévoles qui recensent les rendez-vous disponibles, a été adopté par les politiciens locaux, provinciaux et fédéraux.

De plus, certains résidents qui devancent leur rendez-vous pour une deuxième dose ont confié avoir du mal à annuler leur premier rendez-vous. Le processus n'est pas automatique pour les nouvelles réservations faites en dehors du portail provincial, par exemple dans les pharmacies.

La semaine dernière, des résidents qui sont devenus admissibles à une deuxième dose plus rapide ont également exprimé leur frustration de ne trouver que des rendez-vous disponibles en dehors de leur communauté.

Modification des priorités

Selon Emily Musing, vice-présidente clinique et responsable de la sécurité des patients au University Health Network, il y a aussi des défaillances de communication.

Il y a beaucoup de choses en jeu, beaucoup de facteurs qui ont conduit aux inquiétudes et à la confusion, a-t-elle souligné.

Les priorités en matière de vaccination ont changé au fil des mois, passant des résidents des maisons de soins de longue durée à ceux qui vivent dans les zones sensibles.

Il faut essayer de communiquer une histoire claire au public, a déclaré Mme Musing.

La province a été plus lente que les autres à lancer son système de réservation. Depuis, cependant, la distribution s’est accélérée.

Le gouvernement a également été critiqué ouvertement par ses propres conseillers scientifiques. Elle a distribué les doses par habitant au lieu de les concentrer dans les points chauds pendant la majeure partie de la troisième vague. Le gouvernement a fini par envoyer la moitié de ses stocks dans les points chauds pendant deux semaines au début du mois de mai, avant de revenir au modèle de distribution per habitant.

De plus, au début de la pandémie, certains médecins des régions rurales ou éloignées se sont plaints de ne pas pouvoir recevoir le vaccin aussi rapidement que leurs homologues urbains.

Les données de Santé publique Ontario montrent maintenant qu'en date du 12 juin, il n'y avait pas de différences significatives entre les bureaux de santé publique en ce qui concerne la couverture vaccinale.

Mme Musing a indiqué qu'en fin de compte, le déploiement du vaccin en Ontario est une réussite.

L'Ontario est en avance ou au même niveau que les autres provinces en termes de taux de vaccination. En date de lundi, un peu plus de 24 % de la population avait été entièrement vaccinée, tandis que plus de 76 % avaient reçu une première dose.

Et contrairement au Manitoba et à l'Alberta, il n’y a aucune loterie promettant des prix en argent aux gens qui acceptent de se faire vacciner.

Notre dossier : La COVID-19 en Ontario
Avec les informations de La Presse canadienne

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !