•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les produits de cannabis comestibles sont moins populaires que prévu au Canada

Un chocolat en forme de feuilles de cannabis est placé dans un vase, sur des vraies feuilles de cannabis.

Les produits comestibles de cannabis sont peu présents sur le marché canadien vu les nombreuses réglementations qui entourent leur production.

Photo : Gracieuseté de Jenn Guimond

Rébecca Corrales-Soucy

Les Canadiens sont aujourd’hui moins intéressés par les produits comestibles de cannabis qu’au moment de la légalisation, selon une étude menée par l’Université Dalhousie à Halifax. Un chercheur soutient que les règles qui encadrent leur production sont trop strictes. Elles nuiraient à l’offre de produits sur le marché légal.

Il y a deux ans, le pays attendait des retombées économiques importantes avec ce nouveau marché. Mais les cibles espérées sont loin d’avoir été atteintes selon le professeur et chercheur Sylvain Charlebois. Le marché canadien n’a pas évolué aussi vite qu’on le croyait, a-t-il affirmé.

Un diagramme démontre en pourcentage le format préféré de cannabis que les consommateurs achètent.

Seulement un Canadien sur quatre préfère les produits comestibles de cannabis.

Photo : Université Dalhousie

L’intérêt envers les produits comestibles semble faner d’après le chercheur. Aujourd’hui, seulement un consommateur canadien sur quatre préfère cette option aux autres formes de cannabis. Il s’agit de 11 points de pourcentage de moins qu’il y a deux ans.

D’après le chercheur, trop de règles restreignent la production de ces produits.

Si on opère une usine de transformation de biscuits, de boissons, il faut bâtir une usine séparée de ce qu'on fait actuellement. On parle de millions de dollars avant même d’arriver à fabriquer quoi que ce soit.

Une citation de :Sylvain Charlebois, professeur et chercheur à l'Université Dalhousie

En ce qui concerne les producteurs, obtenir un permis de production semble difficile.

Un rêve brisé

Jenn Guimond, ancienne propriétaire d’une boulangerie, souhaitait vendre des gâteaux au cannabis. Elle visait des produits absents du marché, comme des muffins véganes ou sans sucre.

Jenn Guimond en entrevue dans sa boulangerie

Il y a deux ans, la boulangère Jenn Guimond espérait produire des produits comestibles contenant du cannabis.

Photo : CBC/Brian Chisholm

La somme exigée pour obtenir un permis a toutefois eu raison de ses ambitions.

J’avais de grands rêves. Je pensais que produire serait accessible. Mais pour cela, j’avais besoin de 1,7 million de dollars.

Une citation de :Jenn Guimond, ancienne propriétaire de la boulangerie Thunder Hill

D'après elle, la demande pour une plus grande variété de produits est bel et bien présente, mais l’offre ne répond pas aux attentes du marché.

Des profits pour le marché noir

Les produits comestibles de cannabis sont disponibles dans les points de vente officiels, mais sont peu nombreux.

On croit qu'au-delà de 80 % des produits comestibles sur le marché sont illicites.

Une citation de :Sylvain Charlebois, professeur et chercheur à l'université Dalhousie

Près de la moitié des répondants au sondage ont d'ailleurs refusé de déclarer où ils achètent leurs produits.

Sylvain Charlebois soutient qu’il faudrait réduire les réglementations qui entourent la production.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !