•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des centenaires partagent leur secret de longévité

Une femme pose devant un livre.

La centenaire Céline Tremblay possède un grand sens de l’humour.

Photo : Radio-Canada / Laurie Gobeil

Laurie Gobeil

La résidence Villa Beauvoir d'Alma dissimule un trésor inestimable entre ses murs. Trois résidents sont âgés de plus de 100 ans. Mesdames Annette Plourde et Cécile Tremblay viennent tout juste de franchir ce vénérable cap, alors que Lucien Gagnon a atteint 104 ans.

L’un des secrets de leur longévité réside dans le fait qu’ils ont tous entretenu leur corps et leur esprit au fil des années. Même à 104 ans, Lucien Gagnon descend encore quelques fois par semaine au sous-sol de la résidence pour s’entraîner sur un appareil. La discipline de vie s’est toujours imposée pour lui. Chaque matin, il récite son rosaire et marche à l’extérieur. Le directeur général de la Villa Beauvoir, David Boily, adore passer du temps avec le centenaire.

Un homme fait du vélo stationnaire

À 104 ans, Lucien Gagnon jouit encore d’une forme épatante.

Photo : Radio-Canada / Laurie Gobeil

Pour moi, c’est vraiment une chance de l’avoir ici. C'est un phénomène, c'est une richesse sur deux pattes. Il a travaillé pendant une quarantaine d’années dans une entreprise. Il me donne souvent des conseils, explique-t-il.

Malgré la perte de sa vision, Annette Plourde consacre aussi quotidiennement au moins une heure à la marche. La fière centenaire aime écouter des histoires sur sa liseuse numérique. Plus jeune, elle a longtemps fait du bénévolat. Veuve à 35 ans, elle s’est retroussé les manches pour s’occuper seule de ses enfants. Elle se trouve chanceuse d’avoir eu de très bons enfants. Ces derniers le lui rendent bien.

Elle trouve toujours qu'on en fait trop, mais quand on a été aimés, c'est rien de donner en retour. Je suis bien fière d'avoir encore ma maman à 100 ans, a soutenu sa fille, Lisette Bisson.

Rire le plus souvent possible et prendre une petite coupe de vin font partie des secrets de Cécile Tremblay, qui adore faire des jeux de lettres pour garder son esprit alerte. Mais ce qui a le plus de valeur pour la centenaire, c’est l’amour. Elle fait l’éloge du temps passé avec son défunt mari.

Vivre une vie de couple quand on s'aime. C'est bon, c'est bon, c'est bon! L'amour, ça fait bien des choses, ça fait des miracles ! partage-t-elle, les yeux brillants.

Toujours souriante et véritable amante de la vie, elle n’a que de beaux mots à l’égard de ses enfants et de ses descendants. Sa fille, Jocelyne Bouchard, la contemple avec une grande admiration.

Moi, je veux m'en aller dans la même direction qu'elle… avec de l'énergie et longtemps belle, dit-elle, visiblement émotive.

Un long parcours

Lucien Gagnon, Annette Plourde et Cécile Tremblay ont traversé les années en abordant la vie avec philosophie.

La vie, c'est une beauté, c'est comme la température, c'est pareil. Les journées sombres dans la vie, ça a de la valeur parce que ça nous fait réfléchir. Dans la vie, il faut apprendre à vivre avec les événements, analyse Lucien Gagnon.

Une femme centenaire assise dans un fauteuil.

Même si sa faculté auditive est diminuée et qu’elle a perdu la vue, Annette Plourde garde un positivisme hors du commun.

Photo : Radio-Canada / Laurie Gobeil

Vivre centenaire signifie aussi voir partir les gens qu'on aime. Une étape vécue à la fois difficilement et avec sérénité.

Ma femme, je la tenais par le bras, comme ça, puis la garde m'a dit : ­"M. Gagnon, votre femme est partie." J'ai dit : "Non." Ça m'a pris cinq minutes et elle m'a dit oui, c'est vrai. Mais on est heureux de ça. Ils sont libérés, raconte Lucien Gagnon.

À 35 ans, Annette Plourde a vécu l’une des plus grosses épreuves de sa vie en perdant son premier mari, le père de ses enfants.

Les personnes qu'on aime et qu'on voit disparaître, c'est très dur à oublier. On y pense longtemps. Quand je suis restée toute seule avec mes enfants, j'ai trouvé ça très dur. Heureusement, j'ai eu de bons enfants. J'ai de très bons enfants, exprime-t-elle.

Malgré les difficultés vécues tout au long de leur vie, ces centenaires ont profité de chaque moment et attendent maintenant leur tour avec sérénité.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !