•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

De grandes entreprises visent la carboneutralité numérique

Une main tient un téléphone cellulaire où sont affichées les icônes des applications des géants.

Regarder un film sur Netflix ou consulter des publications sur les réseaux sociaux consomme beaucoup d'énergie.

Photo : Reuters / Regis Duvignau

Amazon. Netflix. Facebook. De plus en plus d’entreprises cherchent à réduire à zéro leur empreinte carbone numérique, alors que nos activités sur le web à l’échelle mondiale génèrent autant de pollution que l’aviation commerciale pré-pandémie.

En effet, l’usage d’Internet représenterait 4 % des émissions mondiales de dioxyde de carbone, selon la firme Website Carbon, un outil qui permet de calculer les émissions de gaz à effet de serre générées par les sites web.

Les émissions moyennes de CO2 générées par nos activités sur le web : 0,2 g pour visionner une vidéo de 15 secondes sur les médias sociaux, 1,76 g pour charger une page web, 4 g pour envoyer un courriel, 8 g pour regarder une vidéo de cinq minutes et 30 g pour participer à une visioconférence de 20 minutesAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Toutes nos activités quotidiennes sur le web génèrent des émissions de dioxyde de carbone

Photo : Radio-Canada / Camile Gauthier

Selon l’entreprise, un site moyen génère 1,76 gramme de dioxyde de carbone pour chaque page téléchargée. Même si ce site ne compte que 100 000 visites mensuelles, il s’agit tout de même de 2110 kg de CO2 relâchés par année, l’équivalent de 87 bonbonnes de barbecue.

Le site web carboneutre de Volkswagen Canada sur lequel on peut faire une image en noir et blanc composée entièrement de petits caractères.

Le site web de Volkswagen Canada donne l'option d'une navigation web pratiquement carboneutre pour visionner ses modèles électriques.

Photo : Volkswagen Canada

Volkswagen Canada a mené la charge cette année en adoptant des pages web moins énergivores pour visionner ses véhicules électriques. Les pages contiennent presque uniquement du texte et même les images en noir et blanc sont construites à partir de centaines de milliers de caractères minuscules.

Consulter ces pages consomme beaucoup moins d'énergie, puisque le téléchargement des données se fait beaucoup plus rapidement.

Une citation de :Pierre Boutin, président et chef de la direction de Volkswagen Canada

Si le site moyen génère 1,76 gramme de CO2 par page consultée, les pages carboneutres du constructeur automobile relâchent une fraction de ce montant, soit 0,022 gramme par page vue, souligne-t-il.

Une image en noir et blanc d'une voiture de Volkswagen, recréée à partir de plusieurs centaines de milliers de caractères.

Les images en couleurs haute résolution sont éliminées et recréées à partir de centaines de milliers de caractères ASCII, ce qui rend la page web considérablement moins énergivore.

Photo : Volkswagen Canada

M. Boutin affirme que l’engagement des internautes qui fréquentent ces pages est bien supérieur à celui ailleurs sur le site web de Volkswagen Canada. Les gens passent plus de temps, ils consomment plus de contenu et ils rebondissent beaucoup moins, affirme le grand patron de la division canadienne.

Pas de la poudre aux yeux

L’an dernier, Volkswagen a été condamnée à payer une amende de 196,5 millions de dollars au Canada dans le cadre du scandale des émissions polluantes.

Entre 2008 et 2015, l’entreprise avait illégalement importé au pays près de 128 000 véhicules non conformes aux normes prescrites sur les émissions de gaz à effet de serre.

À la suite de ces événements, c'est sûr qu'il y a une remise en question totale. On ne peut pas être assis sur la clôture. On doit y aller à fond.

Une citation de :Pierre Boutin, président et chef de la direction de Volkswagen Canada

C’est pourquoi le constructeur exige des engagements écologiques de la part de ses fournisseurs et des équipementiers avec qui il signe des contrats. On est un joueur majeur, on a plus de 10 % de parts de marché à travers le monde, dit-il.

S’attaquer à l’empreinte carbone de son site web s’inscrit dans cette optique, selon lui.

Ce n'est pas une initiative de poudre aux yeux. C'est une initiative pour nous qui est importante pour transformer l'organisation, affirme M. Boutin.

Le président et chef de la direction de Volkswagen Canada, Pierre Boutin, assis dans un fauteuil devant une fenêtre qui donne sur des gratte-ciels à Toronto.

Pierre Boutin, président et chef de la direction chez Volkswagen Canada

Photo : Dmitry Porechnyy/Volkswagen Canada

Le président de Volkswagen Canada affirme que le projet du web carboneutre suscite beaucoup d’intérêt au siège social en Allemagne et dans d’autres entreprises au-delà de l’industrie automobile.

Un mouvement embryonnaire

Le cofondateur de Website Carbon, Tom Greenwood, estime que le mouvement de la carboneutralité numérique est encore embryonnaire, mais qu’il prend de l’ampleur à l’échelle mondiale.

Le service basé à Londres, en Angleterre, dit travailler notamment des institutions financières, des grands noms de la mode européenne et Network Rail, exploitant du principal réseau ferroviaire du Royaume-Uni. Website Carbon a également conseillé Volkswagen Canada pour la mise sur pied de ses pages carboneutres.

Dans les derniers mois, plusieurs grandes sociétés tous secteurs confondus nous ont contactés pour voir comment elles peuvent réduire leur empreinte numérique.

Une citation de :Tom Greenwood, cofondateur de Website Carbon

Il explique que les entreprises peuvent adapter le design de leur site web pour réduire, adapter ou carrément éliminer les couleurs, les photos et les vidéos, qui nécessitent de plus grands transferts de données.

Tom Greenwood, cofondateur de Website Carbon.

Tom Greenwood, cofondateur de Website Carbon

Photo : Website Carbon

M. Greenwood suggère aussi de chercher un hébergement web vert, c’est-à-dire que les centres de données et les serveurs qui alimentent le site tournent aux énergies renouvelables. Il faut aussi refroidir ces grandes machines pour éviter des surchauffes et des pannes, ce qui nécessite encore plus d’énergie.

Je pense que la plupart des gens n’ont aucune idée de leur impact parce que la technologie numérique nous semble propre, affirme le cofondateur de Website Carbon.

Et les géants du web?

Les serveurs qui alimentent les services de diffusion en continu – comme Netflix – et toutes les applications mobiles consomment à l'échelle mondiale presque autant d'énergie que toute l'électricité produite au Canada, selon une étude.

C’est pourquoi l'entreprise californienne s’est donné l’ambitieuse cible de produire aucune émission nette de gaz à effet de serre d’ici la fin de 2022. En comprenant l'empreinte de la diffusion en continu, nos industries peuvent mieux la réduire, affirme Emma Stewart, cheffe du développement durable chez Netflix.

Pour les émissions qui ne peuvent être évitées, nous investissons dans des projets de restauration et de conservation d’écosystèmes fragilisés, précise-t-elle.

Grâce à de nouveaux investissements dans des parcs éoliens et solaires, y compris au Canada, Amazon est en voie d’alimenter l’ensemble de ses opérations aux énergies renouvelables d’ici 2025, cinq ans plus tôt que prévu. Le géant du commerce en ligne a souvent fait l’objet de critiques concernant son empreinte environnementale.

Au-delà de se défaire des énergies fossiles, la division des services d’infonuagique Amazon Web Services cherche à éliminer le carbone de l’atmosphère. L’entreprise dit évaluer une technologie de CarbonCure, une compagnie de la Nouvelle-Écosse, qui injecte du dioxyde de carbone liquéfié dans du béton.

Facebook, de son côté, dit déjà tourner aux énergies renouvelables depuis l’an dernier, mais le réseau social cherche maintenant à éliminer complètement les émissions polluantes sur l’ensemble de sa chaîne d’approvisionnement d’ici 2030.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !