•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Patients orphelins : la liste d'attente a plus que doublé à Québec depuis trois ans

Dr René Therrien et Dre Andrée Vachon, côte à côte.

Dr René Therrien et sa conjointe Dre Andrée Vachon sont deux médecins de famille de la clinique qui quittent pour la retraite.

Photo : Radio-Canada / Guylaine Bussière

Des médecins de famille sont déchirés lorsque vient le temps d'accrocher leur stéthoscope. En trois ans, le nombre de personnes en lice pour obtenir un médecin de famille est passé de 41 870 à 87 179 dans la Capitale-Nationale. Un chiffre qui va empirer puisque cinq médecins de la Clinique Saint-Louis partent à la retraite, laissant près de 9000 patients dans l'incertitude.

Jusqu'ici, les 36 médecins qui pratiquent à la Clinique Saint-Louis, sur le chemin Saint-Louis, permettent de desservir près de 44 000 patients.

En 12 mois, cinq d'entre eux auront quitté la clinique. Au total, 9000 patients se retrouvent donc sans médecin de famille.

Parmi ces futurs retraités, on retrouve le Dr René Therrien et sa conjointe, Dr Andrée Vachon. Dans le cas de Dr Therrien, c'est 44 ans de pratique de la médecine qui se terminent.

C'est difficile. Avant de prendre ma décision, ç'a été long parce que j'essayais de trouver des solutions, mais je n’y arriverai pas seul, confie le médecin.

Le Dr René Therrien avec sa patiente Louise Rivard, dans son bureau.

Le Dr René Therrien avec sa patiente Louise Rivard.

Photo : Radio-Canada / Guylaine Bussière

Il constate que depuis deux ans, il est difficile de recruter la relève. Ça crée une insécurité pour nous, parce qu'il y a des patients fragiles qui se ramassent sans suivi, témoigne le docteur. Il en a qui sont vraiment très inquiets.

La Dr Andrée Vachon prendra aussi sa retraite. Elle a commencé sa pratique en 1978. Disons que j'aurais préféré laisser ma clientèle à un autre médecin. Ça me chagrine beaucoup de finir ma pratique en disant que je n’ai pas de relève. C'est la triste réalité en 2021.

Il n'est pas rare que ses patients pleurent à l'annonce de sa retraite. C'est très difficile psychologiquement.

La Dre Andrée Vachon et sa patiente Nicole Blouin.

La Dre Andrée Vachon et sa patiente Nicole Blouin.

Photo : Radio-Canada / Guylaine Bussière

Je suis infiniment perplexe quant à l'avenir, laisse tomber une de ses patientes, Nicole Blouin. Ça m'attriste beaucoup. C'était une personne extrêmement fiable.

Double d'inscriptions au guichet unique

Le CIUSSS de la Capitale-Nationale estime que 82,5 % de la population admissible a un médecin de famille. Ce chiffre était de 83,94 % en 2018.

La légère hausse du nombre de personnes inscrites au [guichet unique] est principalement attribuable à l’augmentation du bassin de population admissible, fait savoir le CIUSSS.

L'entrée de la clinique médicale Saint-Louis à Québec

L'entrée de la clinique médicale Saint-Louis à Québec

Photo : Radio-Canada / Nicole Germain

On constate aussi que le nombre de personnes inscrites au guichet a doublé, probablement en raison de la pandémie amenant les citoyens à avoir un intérêt plus marqué à s’inscrire [...] pour avoir un médecin de famille, mais également en raison de nombreux départs à la retraite de médecins de famille ces dernières années : leurs patients sont alors invités à s’inscrire au guichet pour être assignés à un autre médecin de famille, explique le CIUSSS.

C'est l'histoire triste de Québec

Ajoutons que la profession de médecin est de plus en plus exigeante, notamment en raison de l'âge de la plupart des médecins de famille, constate la Dr Louise Caron, médecin et co-responsable à la Clinique Saint-Louis. C'est l'histoire triste de Québec, la retraite des médecins, croit-elle.

L'âge des médecins de 60 ans et plus, il en a vraiment beaucoup. Les gens ne quittent plus à 70 ans. La pratique aussi est plus exigeante. Il a beaucoup de nouvelles données. Il faut être à jour dans tout.

Une citation de :Dr Louise Caron, médecin de famille et co-responsable à la Clinique Saint-Louis
La Dre Louise Caron (plan rapproché) dans un cabinet de médecin. Elle porte une chemise blanche de médecin.

La Dre Louise Caron de la Clinique Saint-Louis.

Photo : Radio-Canada

Les nouveaux médecins doivent maintenant partager leur tâche entre les hôpitaux et les cliniques. Résultat : Le nombre de patients pris en charge par un nouveau médecin est moins élevé que le nombre de patients d’un médecin d’expérience, mentionne le CIUSSS.

Il va falloir qu'on se réinvente. Il va falloir changer notre système organisationnel actuel pour être capable de prendre en charge ce qu'il y a actuellement sur le guichet, prévient Dr Caron. Il va falloir travailler en équipe en équipe interdisciplinaire. C'est vers ça qu'on s'en va.

Les petites urgences, grandes perdantes

Les patients qui nécessitent des soins ponctuels seront les plus grands perdants du départ de leur médecin de famille, croit Dr Therrien.

Mes patients, moi, je leur dis d'aller consulter à notre sans rendez-vous. Les plus démunis vont aller à l'urgence, j'imagine, et les plus riches vont aller dans le privé. Les grands perdants, ça va être la clientèle d'urgence mineure qui là, va se buter dans un sans rendez-vous qui va être plein de patients, qu'on voit habituellement dans nos bureaux, prévoit-il.

Le CIUSSS assure que 38 nouveaux médecins ont fait leur entrée au CIUSSS en 2020-2021. C'est plus que dans les dernières années.

À court terme, ce n’est pas un médecin pour me remplacer dont j'ai besoin. C'est 10, pour que la clinique soit confortable, mais ça n’arrivera pas. C'est pour ça qu'il faut inventer, à mon avis, une autre façon de fonctionner, conclut le médecin.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !